Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 16:38

julia

8h30, tête dans l’cul, beau temps. Mission pour une intervention officielle du MJCF dans un séminaire du FMJE sur les médias.

 

Le débat commence avec plus d’une heure de retard, et… un seul intervenant. Ou plutôt deux, Julia Hamlaoui en tant que rédac chef d’avant-garde, et Gael de Santis, venu pour la traduction, et qui fera valoir sa qualité de journaliste à l’Huma pour alimenter la discussion.

 

Outre le bruit que provoque le meeting de soutien à la Corée du Nord (plein à craquer), la complexité du sujet et le fait que la salle ne soit pas bien remplie, n’a pas permis de pousser les questions jusqu’au bout. Pèles-mêles, la concentration des principaux médias aux mains de grands groupes, la précarité de la masse des journalistes, la collusion de quelques uns avec les mondes politique et de l’argent, les mythes de la neutralité et de l’indépendance, l’impact des nouvelles technologies de communication,  les défis de la révolution informationnelle, et enfin les questions propres à la production et la diffusion de contenus qui entrent en contradiction avec l’idéologie dominante, forment le nœud de problématiques à démêler.

 

L’objectif que partagent les participants est bien de diffuser au plus grand nombre des clés de compréhension pour se sortir du matraquage de la pensée dominante saupoudrée d’anesthésiants consuméristes. Mais alors, comment définir une information réellement alternative ? Faut-il se contenter de propager la pensée marxiste léniniste et prophétiser l’avènement du socialisme ? Doit-on  investir les nouveaux moyens de communication que le capitalisme produit comme les réseaux sociaux sur internet ? Quels financements trouver pour assurer la diffusion massive de journaux anticapitalistes ? Comment se distinguer dans le flux massif d’informations ?

 

L’information, sa nature, et ses modes de production et de diffusion deviennent alors en eux-mêmes le cœur d’une bataille idéologique acharnée. Soumise aujourd’hui à la loi du marché, elle est pourtant un produit culturel incontournable. A ce titre, quels modes d’organisation promouvoir pour que sa production sorte des logiques de rentabilité et d’imposition d’une pensée unique ? Quelles politiques publiques sont à inventer pour que celle-ci ne soit plus la propriété de quelques uns, mais le bien commun du plus grand nombre ?

 

A nous maintenant de trouver le moyen de rendre ces questions populaires. Car l’objectif, c’est pouvoir informer sur la réalité du conflit israélo-palestinien, sur la répression sanglante des sahraoui, sur les processus révolutionnaires en cours en Amérique Latine, sur  l’objectif fondamental de l’austérité qui s’abat aujourd’hui sur l’Europe, et sur  tous les potentiels qui existent pour changer nos vies et la société. Reste à se demander à quels besoins, à quelles attentes, à quelles aspirations des jeunes il nous faut répondre. Communiquer et informer, ne se pensent pas dans l’absolu. Dans le flot d’images, de textes, de sons qui nous porte, le rapport à la lecture et aux savoirs se transforme à grande vitesse. Dans le même mouvement, ce sont nos propres médias qu’il faut savoir transformer.

Partager cet article

Repost 0
Published by MJCF du Pas-de-Calais - dans FMJD 2010
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du MJCF du Pas-de-Calais
  • Contact

Rechercher