Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 22:57

Nos camarades d’Edon, l’organisation de la jeunesse communiste de Chypre, organisaient hier un atelier sur la question chypriote. Le nord de la République chypriote est occupé depuis le 1974 par la Turquie. Cette dernière a profité, pour intervenir, d’un coup d’Etat de nationalistes chypriotes-grecs. Ces derniers souhaitaient l’Enosis (enosis), c’est-à-dire le rattachement de Chypre à la Grèce. Depuis l’indépendance en 1960, cette volonté de rattachement à la Grèce existe parmi une partie des Chypriotes, mais est combattue, notamment par le parti communiste, Akel.

 

Cette extrême-droite a été l’auteur de nombreux attentats, et a été soutenue par la dictature grecque des Colonels. De l’autre côté, la Turquie a appuyé le TMT, organisation fasciste de Rauf Denktash. Le TMT est notamment à l’origine du meurtre de Dervis Ali Kazavoglou, chypriote-turc et membre du CC d’Akel. Avec Costas Mishaoulis, son camarade chypriote-grec tué dans la même voiture, ils deviennent les héros de l’entente entre les deux communautés. Depuis, le pays est divisé. Des chypriotes-grecs ont été expulsés. Des chypriotes-turcs ont été déplacés.

 

Depuis, la situation est nouvelle, et la question chypriote prend la forme de la bataille pour la  réunification. Au début des années 2000, le plan Annan, qui prévoyait une République de Chypre unifiée, bizonale et bicommunale a été proposé au vote référendaire des deux communautés. Les Chypriotes-grecs l’ont refusé. L’accord prévoyait la poursuite de la présence militaire turque dans l’île. Les négociations se sont gelées. Mais la victoire en 2008, de Dmitris Cristofias, leader d’Akel, à l’élection présidentielle a changé la donne. Le seul président communiste de l’Union européenne représente ce courant progressiste, qui vise à l’union des deux communautés. Mais l’élection d’un nationaliste, comme leader de la communauté turque, obère la poursuite des discussions.

 

De plus, il a promu, au pouvoir une politique innovante. L’île, qui importait de l’eau, est enfin autosuffisante grâce à des installations de désalinisation de l’eau de mer. Le réseau de transport en commun a été amélioré. Le nombre d’élèves par classe a été diminué. Les retraites et le salaire minimum ont augmenté significativement. Des mesures ont été prises en faveur des étudiants. Et, en ce moment, le gouvernement cherche à faire adopter, par le parlement, une loi favorisant l’implantation des syndicats dans les petites entreprises.

Partager cet article

Repost 0
Published by MJCF du Pas-de-Calais - dans FMJD 2010
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du MJCF du Pas-de-Calais
  • Contact

Rechercher