Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 10:36

aida-1-.jpg

 

jc : Pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

 

Je m ‘appelle Aida Sopi Niang (22 ans), je suis l’ancienne secrétaire nationale de l’UJDAN (Union de la jeunesse Démocratique Alboury Ndiyay). Je suis également une élue locale dans un arrondissement de Dakar du PIT (Parti de l’Indépendance et du Travail). Enfin, je suis présidente de l’association de la Pépinière des Jeunes Filles, qui est une organisation qui regroupe plusieurs leaders femmes d’organisations différentes.

 

jc : L’engagement d’une jeune femme, comme toi, est-il difficile au Sénégal ?

 

Je mène un triple combat au quotidien. Tout d’abord en tant que marxiste et progressiste au Sénégal  dans un pays dominé par les volontés libérales du président Wade. Ensuite, mon combat en tant que jeune femme engagée tant en interne qu’en externe de mon organisation. En externe, l’image d’une jeune femme indépendante se montrant aussi capable qu’un homme rompt avec tous les schémas de la jeune femme de 20 ans, qui doit se cantonner à trouver un mari et aider sa mère. Les jeunes femmes ne voient pas l’intérêt  de l’engagement alors qu’il est essentiel pour bâtir une nouvelle société débarrassée de la domination patriarcale. Enfin, dans mon organisation UJDAN/PIT, lorsqu’on responsabilise une femme, on exige deux fois plus qu’un homme et nos capacités sont tout le temps remises en question.

 

jc : Comment est la situation politique au Sénégal ?

 

La situation va de mal en pire, il y a des problèmes qui décrédibilisent le super président Wade, comme par exemple les inondations. Des villes à la banlieue de Dakar sont complètement sous les eaux à la sortie de la période de pluie. Cela induit des problèmes sanitaires et de déplacements qui touchent prioritairement les enfants et les personnes âgées. Les pouvoirs publics se renvoient trop souvent la balle en s’exonérant de toute responsabilité comme le président Wade. Le népotisme est pratiqué  de manière accrue par Wade. La constitution et le redécoupage électorale ont été faits par lui pour assurer la victoire de son parti. EN 2012, la constitution dit qu’il n’a pas le droit de se représenter une nouvelle fois, mais un changement de règle n’est pas à écarter. La seconde option de M. Libéralisme serait de présenter son fils, mais celui-ci jouit d’une côte de popularité basse, même au sein de son propre parti.

 

jc : Dans quelle situation est la jeunesse dans le pays ?

 

La situation est très difficile comme le montre les révoltes de Kedangar, ou plus récemment celle de Velingara, avec plusieurs milliers de jeunes  qui se révoltent contre l’absence d’emplois, de services de santé, de logements…Ces manifestations dégénèrent souvent en action violente et les jeunes subissent toujours une répression sanglante (emprisonnement, torture, meurtre). Le chômage est aujourd’hui en hausse, le nombre de jeunes diplômés qui finissent sans emplois ou avec un emploi qui n’a rien à voir avec leurs diplômes augmente. La situation des femmes est aussi problématique car elles sont enfermées dans le schéma dominant qui veut que la femme soit au foyer.

 

jc : Qu’attends-tu du festival ?

 

L’objectif est de rentrer au Sénégal avec l’idée qu’il existe une réelle diversité des luttes et combats de par le monde. En échangeant on se rend compte qu’on partage l’essentiel c’est-à-dire la lutte contre l’impérialisme et pour un monde où le peuple et la jeunesse sont au centre des préoccupations.

Partager cet article

Repost 0
Published by MJCF du Pas-de-Calais - dans FMJD 2010
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du MJCF du Pas-de-Calais
  • Contact

Rechercher