Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 18:11
67151 153620014683710 100001071360247 235344 544200 n[1]
Révolutions arabes, mobilisations des indignés, luttes des jeunes en Grèce, en Italie, en Grande Bretagne, en Allemagne, en Espagne, aux Etats Unis... partout les jeunes se mobilisent, de la place Tahrir à la Puerta Del Sol jusqu’à Paris, nous faisons entendre nos voix. En France, depuis 10 ans de nombreux jeunes sont aussi de toutes les luttes contre l’extrême droite, contre les guerres, contre la casse de l’éducation, la réforme des retraites, pour les sans-papiers, pour la Palestine... Autant de mobilisations qui ont fait des jeunes de France, de nous, des résistants face à la politique de la droite, et des militants pour une société meilleure

Toutes ces batailles ont révélé notre capacité à agir, collectivement, sur la société. Elles ont révélé à la société l’état d’esprit d’une génération qui a décidé de ne plus subir en silence.

 

Aux capitalistes qui partout dans le monde font de notre génération l’outil de régression de toute la société, nous répondons : résistance ! Révolution ! La stigmatisation des jeunes, particulièrement celle qui s’abat chaque jour sur les jeunes des quartiers populaires, témoigne de la peur que nous inspirons à la vieille classe dirigeante française. Nous savons que nous pouvons changer les choses. C’est pourquoi nous voulons intervenir dans le débat.

Disons le haut et fort : c’est par les jeunes que nous transformerons durablement cette société !

Dans le même temps, nous subissons de pleins fouets les conséquences de la crise. Des millions de jeunes se retrouvent noyés dans la précarité à tel point qu’elle est souvent vécue comme un horizon indépassable.

Avoir 20 ans en 2011 devrait être une chance. Au lieu de cela, nous sommes condamnés aux petits boulots, à habiter chez nos parents jusqu’à 30 ans, à subir les discriminations et les contrôles de police au faciès, les insultes insupportables de ministres de la République, les chasses à l’homme organisées pour les sans-papiers… Ça suffit ! Nous savons à quel point les élections présidentielles et législatives de 2012 sont importantes. Nous le savons parce que depuis des années, nous avons subi les attaques entraînées par la politique de la droite et de Sarkozy. Mais nous savons aussi que, depuis 30 ans, aucun gouvernement n’a su répondre aux aspirations populaires.

Nous n’en pouvons plus de cette société capitaliste de mise en concurrence et d’inégalités.

 

Aux jeunes, aux salariés, aux citoyens que nous sommes et qui sont la véritable richesse de ce monde, qui sont à l’origine de tous les nouveaux possibles, de toutes les richesses de la société d’aujourd’hui et de demain, on dénie le droit d’y puiser notre part, d’y participer autrement qu’en devant se résigner à être écrasés, méprisés, jetés comme des kleenex.

 

Depuis 30 ans, les « remèdes » à la situation des jeunes préconisés par la droite et le Medef ont invariablement le même goût : maxi insécurité pour mini salaires, mini droits pour maxi profits.

Et pendant qu’on trinque, eux sabrent le champagne. Ils en profitent pour s’enrichir : les grandes entreprises françaises ont fait plus de 80 000 000 000 d’euros de profits en 2010. Ça fait beaucoup de zéros que l’on ne retrouve pas sur nos fiches de paie.

 

En Espagne, 300 000 familles sont menacées d’être expulsées de leur logement. En Grèce, 30% de jeunes sont au chômage. En France, en 5 ans, 65 000 postes sont supprimés dans l’éducation nationale. Au Portugal, 23% des jeunes vivent sous le seuil de pauvreté. En Italie, l’âge de départ en retraite est repoussé à 65 ans.

En Roumanie, les salaires sont amputés de 25%...

 

Depuis 2008, l’explosion de la crise a révélé les impasses de la société capitaliste. Alors que l’on veut nous faire grandir dans un monde de concurrence, de compétition, de confiscation des richesses et des savoirs, dans un monde uniquement soumis à la réponse aux besoins du marché, nous répondons que c’est par la solidarité, la coopération, la mise en commun et le partage des connaissances, des richesses et des pouvoirs que nous pourrons sortir de la crise et construire l’avenir !

 

Alors pour qu’à gauche, une alternative au capitalisme émerge, les jeunes de notre pays doivent prendre la parole : en 2012 nous voulons nous faire entendre, ne nous faisons pas voler les élections et renforçons nos luttes dès maintenant pour arracher partout où c’est possible de nouveaux droits pour les jeunes.

Pour nos vies, nous voulons le meilleur :

· Une école de la réussite pour tous avec des formations de qualité ; · Des emplois stables et une rémunération garantie, que l’on soit en période de travail ou de formation ; · En finir avec la précarité, par de nouveaux droits : un accès au logement, aux soins, aux transports et à la culture pour tous ; · Une lutte déterminée contre toutes les discriminations qu’elles soient basées sur l’origine sociale, le genre, l’orientation sexuelle, la couleur de la peau. Une véritable égalité des droits dans des institutions refondées pour une meilleure démocratie ; · Une France et une Europe véritablement actrices du progrès social, de la paix, des solidarités internationales et du co-développement…

 

A l’heure où les médias tentent de réduire l’enjeu des prochaines élections à un trio unique entre Sarkozy, le PS et Le Pen, à l’heure où la vie politique est dominée par les conflits personnels et pas par un débat d’idées, nous voulons contribuer à ce que les jeunes s’invitent de la manière la plus massive possible dans le débat sur les enjeux de société. Face à l’abstention massive des jeunes aux dernières élections, cela passe bien sûr par la connaissance de nos droits et l’inscription de tous sur les listes électorales avant la fin de l’année 2011. Mais ça ne suffira pas. En 2012 nous sommes face à un enjeu historique : arracher la page du sarkozysme et ouvrir la voie à un changement de société radical pour sortir de la crise. Pour cela, nous n’en pouvons plus de l’alternance entre une droite dure et une gauche molle qui depuis 30 ans n’a fait que s’accommoder ou renforcer la dictature des marchés financiers. Il est temps d’opposer la souveraineté populaire à la dictature financière !

 

Nous jeunes communistes, pensons que le front de gauche est le rassemblement politique et citoyen de toutes les forces de progrès qui répond le mieux à cette ambition. C’est pourquoi nous soutenons les candidats du Front de Gauche, aux élections législatives comme à l’élection présidentielle. Dans les semaines qui viennent, des assemblées citoyennes vont se constituer partout sur le territoire pour enrichir le programme « l’Humain d’abord » avec tous ceux qui n’en peuvent plus des politiques de la droite, un programme de rupture avec les logiques capitalistes, un programme et une démarche qui redonne enfin le pouvoir de décision au peuple.

Parce que les jeunes sont les premières victimes du capitalisme, parce que nous avons été de toutes les résistances, nous appelons l’ensemble des jeunes de France à se saisir de cette démarche et à participer avec les jeunes communistes à ces assemblées pour qu’en 2012 enfin nous puissions reprendre le pouvoir sur nos vies et en finir avec les casseurs d’avenir !

 

Cependant, nous estimons que le programme du Front de Gauche peut être encore bien plus ambitieux, notamment sur les questions, sur lesquelles, en tant que jeunes, nous nous battons au quotidien : précarité, éducation, lutte contre les discriminations, pour un monde de paix…. Nous voulons imposer ces questions au cœur du débat dans les prochains mois et qu’elles deviennent une priorité pour l’ensemble des forces du FDG.

Mettre la jeunesse au cœur de son projet, n’est pas un supplément d’âme mais bien une question d’avenir et de société dont tout le monde doit s’emparer.

 

Pour ces mêmes raisons, nous ne voyons pas l’utilité d’une structure supplémentaire au sein du FDG comme un front de gauche de la jeunesse parce que nous avons l’ambition que ce soit l’ensemble des forces du FDG qui se saisissent de cette question et donc qu’elle ne soit pas déléguée uniquement aux jeunes. Tout comme les questions du travail et de l’éducation ne sauraient uniquement être l’affaire des syndicalistes ou la question de l’égalité femmes-hommes uniquement celle des femmes.

 

Tout comme nous ne voulons pas que les questions de jeunesse soient uniquement l’affaire de la seule organisation politique de jeunesse (le MJCF) qui soutient le FDG.

 

Comme hier, aujourd’hui et demain, nous faisons le choix de mener toutes les actions dans les rues comme dans les urnes pour construire le rapport de force qui permettra de changer radicalement nos vies et la société. Dans ce cadre, nous prendrons toutes les initiatives possibles avec l’ensemble des jeunes, des citoyens et des forces du Front de Gauche, pour que nos aspirations deviennent majoritaires lors des prochaines échéances électorales.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by MJCF du Pas-de-Calais - dans Politique du MJCF62
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du MJCF du Pas-de-Calais
  • Contact

Rechercher