Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 10:22

Béthune

Les Jeunes communistes battent le pavé !

Des militants de l’UL CGT Liévin solidaires d’un salarié de Carrefour, gréviste de la faim, de retour d’Auchy-les-Mines. Thomas Boulard, premier adjoint au maire PCF à Divion… Des présences qui font chaud au cœur des militants du Mouvement Jeunes communistes de France (MJCF)  du Pas-de-Calais. Narguant les frimas, ces derniers innovent en organisant leur traditionnelle cérémonie des vœux au pied du beffroi à Béthune. Un édifice imaginé au Moyen Âge comme emblème de l’émancipation de la classe bourgeoise à l’égard du système féodal, et désormais appréhendé comme « un symbole du capitalisme destructeur des conquêtes sociales ». Un positionnement en plein air qui favorise surtout le contact avec la jeunesse interpellée par voie de tracts, dans la foulée de l’allocution aux accents résolument combatifs prononcée par Simon Poudroux, le responsable départemental du MJCF.  La suppression de 1.020 postes d’enseignement et d’encadrement dans l’Académie de Lille, la campagne en faveur de la gratuité des manuels scolaires, la précarité et le chômage qui affecte « 25 % des 18 - 25 ans », la libération de Salah Hamouri, Cuba socialiste… Les discussions allaient bon train sur une place ornée de pavés qui fleuraient bon les aspirations portées par leurs aînés un certain mois de mai 1968. Et Simon Poudroux de lancer à la population : « Nous avons le sentiment que la jeunesse constituera la véritable clé de voûte du changement dans notre pays en 2012. Inspirons-nous des luttes des jeunes grecs et espagnols contre les plans d'austérités européens ! » A suivre donc…

Jacques KMIECIAK

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 15:48

 

 

551.jpg

 

 

monsieur le président,

 

Votre visite éclair à Lille a très opportunément précédé de quelques jours l'intolérable déclinaison par établissement scolaire secondaire, des 1020 suppressions supplémentaires de postes d'enseignants qui, à la rentrée 2012, frapperont l'académie de nos département du Nord et du Pas-de-Calais ; 117 postes en moins pour 1070 élèves en plus, dans les lycées généraux et technologiques.  

 

Venu célébrer les mérites de la révision Générale des Politiques à laquelle la France est redevable de la liquidation de 80,000 postes d'enseignants en cinq ans, vous aurez pu ainsi échapper à la traduction en actes d'une orientation qui saigne à blanc nos établissements, et compromet la formation des jeunes du Nord - Pas-de-Calais, la plus jeune région de France.

 

Pour m'en tenir à quelques uns des principaux lycées d'enseignement public de l'arrondissement valenciennois - mais la démonstration vaut dramatiquement pour tous ! - les chiffres sont accablants : 12 suppressions dans le lycée flambant neuf de Condé-sur-Escaut, c'est a dire l'équivalent de 7% des effectifs en place ; 10 suppressions au lycée professionnel d'Anzin ; 12 à 14 au lycée d'enseignement général technique et professionnel de Saint-Amand-les-Eaux ; 18 ou 19 au lycée Kastler de Denain ... 

 

Ainsi que l'écrivent les personnels du lycée du Pays de Condé, "écoeurement et colère" sont à leurs comble. Et ce d'autant qu'au moment où ces chiffres sont rendus publics, l'Etat s'affiche cyniquement en partenaire du 6em Salon régional des métiers et de la formation qui se tiendra à Lille début février !

 

Le "portrait social de la France" dévoilé fin 2011 par l'INSEE soulignait que les jeunes sortis du système scolaire depuis 2007 ont été fauchés par le chômage ; et que parmi les non-diplômés ou les diplômés d'un brevet, 44% pointent, contre 11% pour les diplômés du supérieur. Les syndicats enseignants rappellent que 150,000 jeunes sortent chaque année sans qualification du système scolaire, depuis 10 ans ...

 

Tout cela au moment où la France au bord de la récession voit progresser mois après mois le nombre de demandeurs d'emploi : le nord - Pas-de-Calais étant lui-même la région la plus touchée par le chômage des jeunes ( 30% soit 10 points au-dessus de la moyenne nationale déjà considérable).

 

On recensait 56,000 demandeurs d'emploi de mois de 25 ans en 2007 dans nos deux départements. On en comptabilise aujourd'hui 63,000 : plus 13,6% en cinq ans ! Ce n'est pas en sacrifiant les missions et les moyens de l'Education nationale que l'on redressera au contraire, ce déclin.  

 

Soutenir avec la réforme du crédit bancaire le développement économique, la création d'activités et d'emplois, l'essor de la recherche, ma consommation des ménages avec la revalorisation des salaires : voilas quelques uns des moyens de redresser la situation d'un pays et de région au plus mal. 

 

Il n'y a rien de plus urgent que d'accompagner ces démarches d'un relèvement des moyens d'Etat mis au service de l'Education national, de l'élévation du niveau de formation et de qualification de tous.

 

Le chemin que suivent aujourd'hui les politiques nationales est le chemin du renoncement et de l'échec. 

 

Dans ce contexte, la mobilisation du monde de l'Education annoncée pour le 31 janvier se présente d'ores et déjà comme une étape indispensable à la remise en cause des orientations imposées par le gouvernement et sa majorité parlementaire.  

 

Soyez assuré de la détermination des députés et des élus communistes à contribuer partout, au niveau de responsabilité qui est le leur, à la réussite de ces rassemblements pour défendre le service public d'éducation, ses valeurs, ses moyens et l'avenir des jeunes de notre région. 

 

Je vous demande Monsieur le Président, d'intervenir en faveur de l'annulation pure et simple des suppressions de postes d'enseignants annoncées. 

 

 

Alain BOCQUET

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 14:34

1 heure par mois, partout en France et dans le monde !

En 2012, la Justice des USA doit libérer

les 5 patriotes cubains!

 

1 heure de notre temps, chaque 1er vendredi du mois, pour exiger la libération des 5 patriotes cubains, incarcérés depuis 1998 dans les prisons des USA.

 1 heure par mois, pour informer et sensibiliser la population sur la situation intolérable vécue par ces 5 cubains dont la mission était de lutter contre le terrorisme.

 1 heure par mois pour qu’enfin les média abordent cette scandaleuse injustice, pourtant ignorée du plus grand nombre.

2012, doit être l’année de la libération des 5 prisonniers cubains, qui depuis 13 années subissent les décisions d’une Justice étasunienne qui a pris fait et cause pour le lobby mafieux-cubain qui terrorise l’ile de Cuba depuis 50 ans. 13ans de prison, effectuées à ce jour pour avoir lutter contre le terrorisme, 13 ans effectuées à ce jour après avoir été accusés de conspiration par des juges partiaux,  dans un procès truqué d’avance.

2012, devra être l’année des efforts surmultipliés pour rendre efficace la mobilisation internationale pour la libération des 5 patriotes cubains.

 Qui peut admettre que des hommes soient jugés, emprisonnés, et pour 3 d’entres eux avec des peines à perpétuité, pour avoir osé lutter contre les machinations terroristes venues d’un pays, les USA, qui entend donner des leçons de démocratie au monde entier ?

 Partout organisons, 1, 2, 1000 rassemblements de solidarité avec les 5 patriotes cubains !

 

Pour les 5 : 36 ème RASSEMBLEMENT

à ARRAS

Vendredi 03 Février 2012

 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 09:34

J’ai eu le plaisir, hier, de converser calmement avec Mahmoud Ahmadineyad que je n’avais plus vu depuis septembre 2006, voilà plus de cinq ans, quand il était venu à La Havane participer à la Quatorzième Conférence au sommet du Mouvement des pays non alignés qui avait élu Cuba pour la seconde fois à la présidence de cette organisation pour la durée prévue de trois ans. J’étais tombé gravement malade le 26 juillet 2006, un mois et demi avant, et je pouvais à peine me maintenir assis sur le lit.

 

Plusieurs des dirigeants les plus distingués qui assistaient au Sommet eurent l’amabilité de me rendre visite. Chavez et Evo le firent plusieurs fois. Quatre dont je me souviens encore vinrent en début d’après-midi : Kofi Annan, le secrétaire général de l’ONU ; un vieil ami, Abdelaziz Bouteflika, le président algérien ; Mahmoud Ahmadineyad, le président iranien ; et Yang Jiechi, alors vice-ministre et aujourd’hui ministre des Relations extérieures de la République populaire de Chine, en représentation de Ju Jintao, chef du Parti communiste et président du pays.

Ce fut vraiment un moment important pour moi qui rééduquais aux prix de gros efforts mon bras droit sérieusement blessé lors de ma chute à Santa Clara.

 

J’avais commenté avec ces quatre dirigeants des aspects des problèmes complexes que le monde connaissait alors et qui sont le devenus assurément de plus en plus.

 

À notre rencontre d’hier, j’ai constaté que le président iranien était on ne peut plus tranquille, absolument indifférent aux menaces yankees, confiant en la capacité de son peuple de repousser n’importe quelle agression et dans l’efficacité des armes dont il produisent une grande partie eux-mêmes pour faire payer aux agresseurs un prix insupportable.

En fait, c’est à peine s’il a parlé de la guerre. Il est plutôt revenu sur les idées qu’il avait exposées à sa conférence dans le grand amphi de l’Université de La Havane, axées sur l’être humain :« S’acheminer vers la paix, le respect de la dignité humaine en tant que souhait de tous les êtres humains tout au long de l’Histoire. »


Je suis convaincu qu’on ne doit pas s’attendre de la part de l’Iran à des actions irréfléchies qui contribueraient au déclenchement d’une guerre. Si celle-ci éclate, ce sera uniquement la faute de l’aventurisme et de l’irresponsabilité congénitale de l’Empire yankee.

 

Je pense de mon côté que la situation politique créée autour de l’Iran et les risques d’une guerre atomique qui en émanerait et toucherait tous les pays, qu’ils possèdent des armes de ce genre ou non, sont extrêmement délicats parce qu’ils menacent l’existence même de notre espèce. Le Moyen-Orient, qui produit des ressources économiques vitales pour l’économie de la planète, est devenu aujourd’hui la région la plus conflictuelle au monde.

 

La capacité de destruction de certaines armes employées durant la Deuxième Guerre mondiale et les souffrances massives qu’elles infligèrent incitèrent fortement à en prohiber quelques-unes, dont les gaz asphyxiants. Néanmoins, les conflits d’intérêts et les énormes profits des fabricants les conduisirent à élaborer des armes encore plus cruelles et plus destructrices, jusqu’au jour où la technologie moderne a fourni les matériaux et les moyens nécessaires à la mise au point d’armements dont l’emploi dans une guerre mondiale conduirait à notre extermination.

 

Je suis d’avis – qui est sans aucun doute celui de toutes les personnes dotées d’un sens élémentaire de leurs responsabilités – qu’aucun pays, grand ou petit, n’a le droit de posséder des armes atomiques.

On n’aurait jamais dû s’en servir pour attaquer deux villes sans intérêt militaire comme Hiroshima et Nagasaki, pour assassiner et irradier avec d’horribles effets durables des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants d’un pays déjà vaincu sur le plan militaire.

 

À supposer que le nazi-fascisme eût obligé les puissances liées contre lui à rivaliser avec cet ennemi de l’humanité dans la fabrication de cette arme, le premier devoir de l’Organisation des Nations Unies, créée à la fin de la guerre, aurait dû être de l’interdire sans la moindre exception.

Mais les États-Unis, la nation la plus puissante et la plus riche, imposèrent au reste du monde la ligne à suivre. Ils possèdent aujourd’hui des centaines de satellites qui épient et surveillent de l’espace tous les habitants de la planète ; ils ont équipé leurs forces navales, terrestres et aériennes de milliers d’armes atomiques ; ils manipulent à leur guise, par Fonds monétaire international interposé, les finances et les investissements du monde.

 

Quand on analyse l’histoire de l’Amérique latine, depuis le Mexique jusqu’à la Patagonie en passant par Saint-Domingue et Haïti, on constate que toutes les nations, sans exception, du début du XIXe siècle à nos jours, soit deux cents ans, ont été victimes et continuent de l’être toujours plus des pires crimes que le pouvoir et la force puissent commettre contre le droit des peuples. De brillants écrivains ne cessent de les dénoncer. L’un d’eux, Eduardo Galeano, auteur de Les Veines ouvertes de l’Amérique latine, vient d’être invité à inaugurer le prix prestigieux de la Casa de las Américas, en reconnaissance à son œuvre marquante.

 

Les événements se succèdent à une vitesse incroyable, mais la technologie permet d’en informer le public encore plus vite. Des nouvelles importants tombent, aujourd’hui comme hier. Une dépêche de presse du 11 nous apprend : « La présidence danoise de l’Union européenne a informé mercredi qu’un nouveau train de sanctions encore plus sévères serait décidé le 23 contre l’Iran à cause de son programme nucléaire, visant non seulement son secteur pétrolier, mais aussi sa Banque centrale… Nous irons encore plus loin dans nos sanctions contre son pétrole et ses structures financières », a affirmé le chef de la diplomatie danoise, Villy Soevndal, à la presse étrangère.

On peut constater clairement que sous prétexte d’éviter la prolifération nucléaire, Israël a le droit d’accumuler des centaines d’ogives atomiques, tandis que l’Iran, lui, n’a même pas celui de produire de l’uranium enrichi à 20 p. 100. Une agence de presse britannique bien connue fournit une autre nouvelle sur ce thème :

« La Chine n’a pas donné le moindre signe, mercredi, qu’elle céderait aux pressions des États-Unis pour qu’elle réduise ses achats de pétrole iranien et elle a considéré comme excessives les sanctions de Washington contre Téhéran. »

On reste abasourdi de voir avec quelle tranquillité les États-Unis et l’Europe censément civilisée orchestrent une campagne assortie de méthodes systématiquement terroristes. Pour s’en convaincre, il suffit de la nouvelle fournie par une autre agence de presse européenne :

« L’assassinat, ce mercredi, d’un responsable de la centrale nucléaire de Natanz, au centre de l’Iran, a été précédé de trois autres depuis janvier 2010. »

Le 12 janvier de cette année-là, « un physicien nucléaire de renommée internationale, Massoud Ali-Mohammad, professeur à l’Université de Téhéran, qui travaillait pour les Gardiens de la révolution, est mort dans l’explosion d’une moto piégée devant son domicile de la capitale. »

 

« 29 novembre 2010 : Majid Shahriari, fondateur de la Société nucléaire iranienne, "chargé d’un des grands projets de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique" […] a été tué à Téhéran par l’explosion d’une bombe magnétique fixée à sa voiture.

« Ce même jour, un autre physicien nucléaire, Feyerdoun Abbasi Davani, a fait l’objet d’un attentat dans des conditions identiques quand il garait sa voiture devant l’Université Shahid Beheshti de Téhéran, où tous deux étaient professeurs. » Il n’a été que blessé.

« 23 juillet 2011 : le scientifique Dariush Rezainejad, qui travaillait à des projets du ministère de la Défense, a été abattu à coups de feu par des inconnus qui roulaient en moto à Téhéran.

 

« 11 janvier 2012 – soit le jour même où Ahmadineyad voyageait entre le Nicaragua et Cuba pour donner sa conférence à l’Université de La Havane – le scientifique Moustapha Ahmadi Roshan, qui travaillait à la centrale de Natanz où il était le vice-directeur pour les affaires commerciales, est mort dans l’explosion d’une bombe magnétique posée sur sa voiture, près de l’Université Allameh Tabatabai, à l’est de Téhéran… L’Iran en a accusé de nouveau les États-Unis et Israël », comme pour les cas précédents.

 

Il s’agit là de l’assassinat sélectif, mais systématique, de brillants scientifiques iraniens. J’ai lu des articles de sympathisants notoires d’Israël qui considèrent ces crimes perpétrés par ses services secrets en collaboration avec ceux des États-Unis et de l’OTAN comme quelque chose de tout à fait normal. Des agences informent depuis Moscou :

« La Russie a alerté aujourd’hui qu’un scénario similaire à celui de la Libye était en train de mûrir en Syrie, mais que l’attaque partirait cette fois-ci de la voisine Turquie.

« Nikolaï Patrouchev, secrétaire du Conseil de sécurité russe, a affirmé que l’Occident voulait "punir Damas non pas tant à cause de la répression contre l’opposition, mais de son refus de rompre son alliance avec Téhéran".

« …à son avis, un scénario libyen est en train de mûrir, mais les attaques ne viendront pas en l’occurrence de France, de Grande-Bretagne et d’Italie, mais de Turquie.

Il s’est même risqué à affirmer :

"Il se peut que Washington et Ankara soient déjà en train de définir différentes options de zones d’exclusion aérienne, où des armées de rebelles syriens pourraient être entraînées et concentrées". » Les nouvelles proviennent non seulement d’Iran et du Moyen-Orient, mais aussi d’autres points d’Asie centrale proche de cette région. Ce qui nous permet d’apprécier la complexité des problèmes découlant de cette zone dangereuse. Les États-Unis ont été entraînés par leur politique impériale contradictoire et absurde dans de sérieux problèmes dans des pays comme le Pakistan, dont les frontières avec celles d’un autre État important, l’Afghanistan, ont été délimitées par les colonialistes sans tenir compte des cultures ni des ethnies.

Dans ce dernier pays qui a défendu des siècles durant son indépendance face au colonialisme anglais, la production de drogues s’est multipliée depuis l’invasion yankee, tandis que les soldats européens appuyés par des drones et l’armement perfectionné des États-Unis commettent des massacres ignominieux qui augmentent la haine de la population et éloignent les possibilités de paix. C’est bien ça, et d’autres horreurs, que reflètent les dépêches des agences de presse occidentales :

« WASHINGTON, 12 janvier 2012. Le secrétaire d’État à la Défense, Leon Panetta, a taxé ce jeudi d’ "absolument déplorable" le comportement de quatre hommes présentés comme des marines étasuniens en train de pisser sur des cadavres, selon une vidéo circulant sur Internet.

« "J’ai vu les images et je trouve ce comportement absolument déplorable".

« "Ce comportement est absolument inapproprié de la part de membres de l’armée étasunienne et ne traduit en aucun cas les critères et les valeurs que nos forces armées jurent de respecter".

En fait, le secrétaire à la Défense ne confirme ni n’infirme ces faits. Chacun donc peut en douter, et lui le premier peut-être.

 

En tout cas, il est extrêmement inhumain que des hommes, des femmes et des enfants, ou un combattant afghan qui se bat contre l’occupation étrangère, soient assassinés sous les bombes d’avions sans pilote. Pis encore : des dizaines de soldats et officiers pakistanais qui surveillent les frontières du pays ont été déchiquetées par ces bombes.

Le président afghan lui-même, Karzai, a affirmé qu’outrager des cadavres était « "tout simplement inhumain" et il a demandé à l’administration étasunienne d’ "infliger la peine la plus sévère à quiconque serait condamné pour ce crime". » Des porte-parole des Talibans ont déclaré : « Des centaines d’actes semblables ont été commis ces dix dernières années sans qu’on les révèle. »

 

On en arrive presque à prendre en pitié ces soldats, séparés de leurs familles et de leurs amis, envoyés à des milliers de kilomètres de leur patrie pour lutter dans des pays dont ils n’ont peut-être jamais entendu parler à l’école et où on leur confie la mission de tuer ou de mourir afin d’enrichir des sociétés transnationales, des fabricants d’armes et des politicards sans scrupules qui dilapident chaque année les fonds dont on aurait besoin pour alimenter et éduquer les innombrables millions d’affamés et d’analphabètes dans le monde. Nombre de ces soldats, victimes de leurs traumatismes, finissent par s’ôter la vie.

 

Est-ce que j’exagère quand je dis que la paix mondiale tient à un fil ?

 

Fidel Castro Ruz Le 12 janvier 2012

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 14:44

 

 

- La section Béthune-Bruay du mouvement des Jeunes communistes français a organisé un meeting sur la voie publique en forme de présentation de voeux.


« 2012, une année placée sous le signe des luttes à mener ». Voilà comment Simon Poudroux, secrétaire de la fédération communiste du Pas-de-Calais, perçoit l'année qui démarre.
Dans un discours sur la place du beffroi samedi 14 janvier, il a fustigé la politique gouvernementale, accusée de servir les intérêts des banques, prenant pour cible la banque centrale européenne.
« Une autre politique est possible », annonce-t-il. 2012 est une année électorale qui permettra aux jeunes de se faire entendre au travers des urnes et du vote communiste.
Cette manifestation a été suivie par quelque passants qui se sont arrêtés pour écouter Simon Poudroux exposer sa version de la crise et des solutions à apporter. Ce discours de bonne année et d'invitation à la lutte s'est soldé par le chant l'Internationale.
Pour finir cette manifestation, les jeunes communistes ont distribué des tracts aux passants venus profiter des soldes sur la Grand-Place et dans la rue d'Arras.
Dans ces prospectus accusant l'État, entre autres, de mener « une politique partisane au profit des entreprises capitalistes, au détriment des employés  », les jeunes communistes revendiquent la gratuité des manuels scolaires pour les lycéens. Ils militent aussi contre la suppression des postes d'enseignants dans l'Académie. Cette séance de tractage s'est accompagnée d'un dialogue avec les Béthunois.

C. F.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 12:31
MJCF 69 : Journée sur le socialisme
L’École Fédérale de la Jeunesse Communiste du Rhône, dans le cadre de ses activités, a pris l'initiative d'organiser une journée d'étude sur le Socialisme à Lyon, samedi 11 février.

Seront abordées pendant cette journée d'étude, les questions historiques, philosophiques et économiques propres au Socialisme. Cette journée s'inscrit dans la continuité des débats ouverts par le dernier congrès de notre organisation. Elle a pour objectif de donner à chacun, militant de base ou cadre, les outils pour comprendre et maîtriser les enjeux posés par le projet du socialisme.

Cette journée vise à permettre un débat large dans l'organisation en donnant à chacun la possibilité de s'exprimer sur notre projet révolutionnaire. 
Le MJCF62 y participera avec une délégation de 5 camarades 

 

Ordre du jour de la journée d'étude du 11 février

9h00-10h30 : HISTOIRE : Le socialisme dans l'histoire du mouvement ouvrier avec Eric Jalade, enseignant en histoire, secrétaire de la fédération du Tarn du PCF
et Henri Alleg, Grand Résistant, journaliste et militant anticolonialiste, ancien directeur d'Alger Républicain

10h30-11h00 : pause

11h00-12h30 : PHILOSOPHIE : Rupture révolutionnaire et socialisme, l'apport de Lénine avec Jean Salem, Professeur de philosophie à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne, directeur du Centre d'Histoire des Systèmes de Pensée Moderne

REPAS

13h30-15h00 : ECONOMIE: Nationalisations et mises en commun des moyens de production dans le socialisme, avec Rémy Herrera, professeur d’Économie à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Chercheur CNRS au Centre d’Économie de la Sorbonne.

15h00-15h30 : pause

15h30-17h00 : Actualité du socialisme, et comment populariser la nécessité de la révolution et du socialisme dans la jeunesse? (débat introduit par un camarade du Rhône)

Une soirée sera organisée au local.

 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 10:51
Partager cet article
Repost0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 15:02
Une passante a rejoint la cause des JC. Une passante a rejoint la cause des JC.

- C'est devant le lycée Lavoisier qu'ont choisi de se réunir les jeunes communistes du Pas-de-Calais.
Leur nouveau cheval de bataille : la gratuité des manuels scolaires.

Un choix symbolique donc, que celui de l'établissement, représentatif de l'éducation. D'autant que, dans un premier temps, leur campagne sera plutôt tournée vers les lycées.
Samedi 7 janvier, Simon Poudroux, secrétaire départemental, Mathieu Bayart, militant et responsable des jeunes communistes auchellois, et Stéphane Victor, responsable communication, s'étaient donc rassemblés afin d'informer sur la campagne départementale « visant à obtenir la gratuité pleine et entière des manuels scolaires ».
Auchel, c'est aussi la ville où un élu communiste - le conseiller municipal Maurice Distinguin - a proposé une motion pour la gratuité des manuels scolaires. Finalement, cela permettait aussi aux jeunes communistes de "tourner" sur le secteur et de ne pas rester uniquement dans le Lensois où se trouve la fédération.
La bataille de la gratuité globale de l'éducation (de la maternelle à l'université) a été lancée par les jeunes communistes du département fin décembre  : « On espère qu'on sera rejoints par nos camarades du Nord puis qu'elle sera reprise au niveau national ».
Le premier volet est donc consacré aux manuels scolaires : « On estime que pour travailler dans de bonnes conditions, le b.a.-ba c'est d'avoir des livres. Mais c'est de plus en plus compliqué à avoir car les manuels connaissent une augmentation de prix constante », dénonce Simon Poudroux.
Et de préciser : « Pour un élève de 6e, les fournitures reviennent à 187 euros environ et pour un élève de seconde, un peu plus de 200 euros sont nécessaires rien que pour les livres ».
Pour l'instant, les jeunes communistes se sont seulement attaqués aux lycées mais ils espèrent bien, selon le retour, étendre leur revendication aux collèges.
Déjà, les lycéens sont plutôt réceptifs à leur démarche. « Un élève de première a avoué en cours avoir choisi le livre le moins cher - et pas celui qu'il avait envie de lire. Certains sont obligés de prendre leur cahier de l'an dernier car leur budget est serré... » D'autres lycéens photocopient les pages de manuels... Si certains établissements profitent de bourses aux livres organisées par les parents d'élèves, ce n'est pas le cas de tous.
À Méricourt et Avion, les jeunes bénéficient de manuels scolaires gratuits car financés sur des fonds municipaux. « Certains jeunes communistes parisiens pensaient que les manuels étaient gratuits partout en France ! », souligne Simon Poudroux.
Dès cette semaine, pétitions papier et tracts commenceront à circuler dans les lieux de vie des lycéens. Et en attendant, une campagne de pétition avait été lancée sur Internet (disponible sur jeunes-communistes62.over-blog.net).
Alors que cette réunion improvisée sur le trottoir se termine, samedi, une passante s'arrête à hauteur des trois jeunes. En découvrant pourquoi ils se battent, Annie Duquesne, 60 ans, lâche : « J'en pleurerais ! J'ai travaillé dur pour avoir mes manuels ». La dame se souvient : « On allait aux "pot'd'suc" à l'époque. On n'a plus cette chance aujourd'hui... Mes manuels, je les protégeais bien avec de la toile cirée... Ma nièce aussi a eu du mal à payer ses études. Je suis vraiment pour cette cause ! »
G. D.

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 11:07

salah hamouri[1]

Lettre au président de la République à propos des attaques contre Salah Hamouri

 

 

Monsieur le Président de la République,

Nous souhaitons attirer votre attention, sur les déclarations de haine qui prolifèrent dans les médias et sur les sites internet, depuis la sortie de notre jeune compatriote Salah Hamouri.

Certains médias israéliens affirment que dès sa sortie, il aurait déclaré lors d’une interview à l’agence Reuters que « le rabbin Yossef Ovadia mérite la mort ». Propos aussitôt démentis par Salah Hamouri lui-même, par voie de communiqué de presse, ainsi que par les journalistes de l’agence Reuters, preuve à l’appui, puisque l’entretien été enregistré.

 

La polémique ne cesse malgré tout de prendre de l’ampleur depuis deux jours en Israël, comme ici en France.

Le site « Jssnews.com » a publié un article au titre évocateur «  : « Salah Hamouri mérite t-il de mourir ? » où sa mère est directement cité « Denise Hamouri peut être fière d’avoir mis au monde un assassin ». Monsieur Pasquier, président du CRIF a pour sa part signé un éditorial, qui reprend cette information erronée, intitulé « Salah Hamouri et Gilad Shalit », où les erreurs et les contre vérités concernant le cas de Salah Hamouri sont flagrantes.

Il n’est pas le seul, bien au contraire, puisque même les journalistes qui sont censés vérifier leurs informations et croiser leurs sources, ont montré encore une fois leur méconnaissance du cas de Salah Hamouri. Pour David Pujadas, il est devenu « le soldat Hamouri » comme Monsieur Longuet, ministre de la Défense, il y a quelques semaines. Mme Perrier Amélie, de France Culture, affirme que Salah a été enfermé pour « le meurtre d’un rabbin », que vous avez-vous-même consulté en vue de la sortie de notre compatriote... Cela pourrait en devenir comique si le fond de l’affaire n’était pas si grave !

Mais le pire est atteint à la conclusion de l’éditorial de Monsieur Prasquier : « L’un, parmi les premiers mots qu’il a prononcés à sa libération a parlé de paix entre les Israéliens et les Palestiniens (Gilad Shalit), l’autre a parlé de meurtre (Salah Hamouri). Nous serons durablement scandalisés par ceux qui rendront les honneurs à Salah Hamouri quand il viendra en France. ». Comment ne pas comprendre cette déclaration, comme une incitation à la haine qui fait craindre aujourd’hui le pire pour la sécurité et l’intégrité physique de Salah Hamouri, mais aussi de sa famille et de ses proches, directement visés par ses attaques calomnieuses.

 

Nous pensons que Salah Hamouri a la droit à la tranquillité aujourd’hui, après s’être fais volé presque 7 ans de sa vie par une armée coloniale.

Faut-il rappeler que Salah Hamouri fut arrêté illégalement à un des quelques 220 checkpoints en 2005 qui cisaillent la Cisjordanie ?

Faut il rappeler qu’il fut jugé par un tribunal militaire d’occupation en 2008, illégal au regard de l’ONU, pour un « délit d’intention », sans preuves, ni témoins ?

Faut-il rappeler, qu’il a purgé l’intégralité de sa peine dans un silence médiatique assourdissant et gouvernementale assez flagrant ? Faut-il rappeler, qu’il a même effectué près de 21 jours de plus de prison ; et que durant cette période, ses conditions de détentions ne respectaient pas les droits humains les plus fondamentaux comme certains le rappellent aujourd’hui...

Alors nous pensons que Salah Hamouri a traversé assez d’épreuves comme cela, pour qu’aujourd’hui on le laisse se reconstruire sereinement et profiter des retrouvailles avec sa famille.

 

Ne reculons pas alors que le chemin vers la paix est tracé !

Puisque vous semblez sensible à la culture allemande, je me permets de citer Johann Friedrich von Schiller, célèbre dramaturge et poète allemand du 18ème siècle qui disait : « La paix est rarement refusé aux pacifiques ». Salah Hamouri est un de ceux-là, comme des milliers de Palestiniens et d’israéliens qui militent pour une paix juste et durable dans le Proche et Moyen-Orient.

Alors ne lui refusons pas la paix ! Ni à lui, ni à tous ceux qui là-bas et partout dans le monde se mobilisent pour que le droit, la justice et la dignité humaine soient respectés et appliqués.

Loin d’être un conflit communautaire et religieux (comme certains veulent nous le faire croire ou penser), ce conflit, et surtout les moyens de le résoudre, sont seulement d’ordre politique.

La solution est aujourd’hui connue. Cela passe par un vote positif au conseil de sécurité et à l’assemblée générale de l’ONU dans la prochaine période pour accepter la Palestine comme 194ème État membre de cette institution. Même si ensuite, le chemin restera long concernant la question du mur, des colonies, du retour des réfugiés, de l’accès à l’eau, des prisonniers politiques...

Alors, Monsieur le Président de la République, nous nous joignons au comité national de soutien à Salah Hamouri, coordonné par Monsieur Lefort, pour vous demander de prendre les mesures nécessaires pour garantir la sécurité de Salah Hamouri et des proches, à Jérusalem, mais aussi lors de ses prochaines venues en France, quand il souhaitera venir pour remercier tous ses soutiens.

Nous vous prions également de demander à monsieur Prasquier des excuses publiques pour rectifier ses propos, dont l’ambigüité nous laisse croire que Salah Hamouri pourrait être en danger à l’occasion d’une visite en France.

Et nous vous demandons d’avoir la même position à l’ONU, que lors du vote positif à l’UNESCO, pour avancer vers le chemin de la paix, comme des millions de Français l’encouragent en ce moment.

Enfin, plutôt que de tout mettre en œuvre pour casser un droit institutionnel comme le droit de grève à propos des agents de sécurité des aéroports, il me semble qu’il serait plus digne et plus conforme à votre fonction présidentielle d’exiger le respect du droit international.

Comment les autorités françaises, européennes et l’ONU ont elle pu accepter un condamnation prononcée par un tribunal militaire d’une armée d’occupation ? Cela est illégal au regard du droit international. Quel texte de droit international permet de condamner au nom du « délit d’intention » ?

Le gouvernement français se grandirait également à demander réparation du terrible préjudice qu’ont subi Salah Hamouri et sa famille.

 

Recevez Monsieur le Président, mes sincères salutations républicaines,

Pierric Annoot

Secrétaire général du Mouvement Jeunes Communistes de France

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 14:30

arton743-df7a1-1-.jpg

 

Décidément, du début à la fin de l’année, l’UMP profite de toutes les occasions pour démolir les droits des travailleurs. Alors que les salariés des services de sureté des aéroports se mobilisent pour des augmentations de salaires et de meilleures conditions de travail face à leur direction, le gouvernement par le biais de son ministre des transports s’attaque au droit de grève. Au nom du service public qu’ils détruisent pour enrichir toujours plus leurs amis patrons, ce ministre envoie la police pour casser la grève. Des méthodes dignes de Germinal et du 19e siècle !

 

La soi disante défense des Français qui partent en vacances et l’intimidation comme méthode de dialogue social : l’UMP use du cynisme jusqu’au bout ! comment Thierry Mariani ose-t-il prétendre défendre les Français quand toutes les mesures d’austérité ont réduit leur pouvoir d’achat et alors que lui et ses amis européens viennent de prêter 500 milliards d’euros aux banques ? Comment ose-t-il remettre en cause le droit de grève de travailleurs qui perdent des journées de salaires pour obtenir des conditions de travail et de vie dignes ? Comment ose-t-il parler de prise d’otage lorsque Sarkozy s’apprête à imposer un nouveau traité européen pour l’austérité sans consultation populaire ?

A l’évidence, ce ministre qui s’affiche dans la presse d’extrême-droite ne fait qu’annoncer les mesures qui nous attendent pour début 2012 : baisse des salaires, casse de la Sécurité sociale, fin du droit de grève.

 

Cette attaque n’est pas anodine : elle cherche à diviser les Français pour étouffer toute lutte et à détruire nos acquis sociaux ! Nous exprimons notre pleine et entière solidarité avec les travailleurs du secteur aéroportuaire en vue de l’obtention de leurs revendications et appelons à des mobilisations dès le début d’année prochaine face aux nouvelles mesures d’austérité que prépare le gouvernement.

 

Le gouvernement a décidé d’ouvrir une nouvelle page de la guerre de classe. Nous appelons tous les jeunes, tous les citoyens à se rendre dans les aéroports auprès des grévistes pour leur apporter notre solidarité.

Au moment ou les plans d’austérité s’abattent pendant que les profits explosent, au moments ou la misère s’étend en France et en Europe à cause de la rapacité des marchés financiers, où tout augmente sauf nos salaires, cette lutte des agents de sécurité est notre lutte. Le gouvernement, qui s’apprête à mener une nouvelle offensive contre le droit au travail à partir du mois de janvier, se prépare donc aujourd’hui en brisant un droit constitutionnel qui est le droit de grève.

Ce sont donc bien nos droits à tous qui sont aujourd’hui attaqués. Nous appelons immédiatement chacun à soutenir cette grève par une caisse de solidarité que nous irons remettre aux grévistes en envoyant des dons au siège du MJCF, 2 place du Colonel Fabien, 75019 Paris avec la mention caisse de solidarité pour les agents de sécurité des aéroports

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du MJCF du Pas-de-Calais
  • Contact

Rechercher