Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 15:24

 

medium_jeune68-1-.jpg 

La démocratie ne débute pas aux franges des moquettes épaisses du Palais de l’Elysée, même s’il lui arrive d’échouer au pied d’un président corrompu. Les élections cantonales de mars prochain seront l’occasion de rappeler que la démocratie se joue aussi, peut-être surtout, à l’échelon local. Pour autant il n’est pas facile de prendre la parole dans un système qui ne la cède pas facilement alors : citoyenneté, démocratie, élus locaux, de quoi parle-t-on exactement ?

La démocratie c’est le partage des pouvoir, la prise de décision collective. En démocratie le pouvoir appartient au peuple qui le gère collectivement, elle trouve donc sa source dans les villes, les entreprises, au lycée, à la fac, là où vivent et produisent les citoyens. L’idée pourrait paraître banale mais cela ne va pas de soi.

Moins de peuple et plus de pouvoir.

Pour la droite au pouvoir, la démocratie ne semble pas être une priorité. Il faut avant tout régler les conséquences d’une crise qu’elle a fabriquée de toute pièce. Sous couvert d’efficacité le gouvernement taille, tel un boucher aveugle, dans le gras de notre système politique. Il y avait trop de professeurs, trop de fonctionnaires, trop d’immigrés, il y a dorénavant trop d’élus. Ainsi la réforme des collectivités territoriales prévoit la fusion des élus régionaux et départementaux pour créer un Conseiller territorial siégeant dans les deux instances. La réforme signe la disparition de dizaines de milliers d’élus locaux. Cette démarche qui consiste à éloigner les centres de décision de la population tend à faire apparaître le pouvoir comme un concept abstrait, qui tombe du ciel et sur lequel le peuple n’a pas de contrôle. Elle oppose citoyens et professionnels de la politique de façon stérile, en totale contradiction avec les fondements de la démocratie dont on s’étonne qu’elle soit « en crise ».

Voter pour résister

De nombreux français, de nombreux jeunes, n’iront ainsi pas voter en mars prochain pour élire leurs Conseillers Généraux. Beaucoup d’entre eux ne sauront peut-être jamais qu’une élection a eu lieu. Plus encore ignoreront que c’est ce jour-là que se sont jouées la suppression de leur aide au transport, l’augmentation des tarifs de la culture, la surcharge de leur collège (voir schéma ci-contre).

Pourtant, face à un gouvernement qui refuse d’écouter la rue, les élections locales sont une arme de plus pour faire entendre une autre voix, mener une autre politique. Voter lors des cantonales de mars 2011 c’est choisir ses élus locaux ceux que l’on peut rencontrer, ceux à qui l’on peut faire part de ses idées, ceux à qui l’on peut demander des comptes. Ce sera également une des dernières chances de construire des pôles de résistance à la politique de Sarkozy avant 2012. Ce sera l’occasion enfin offerte d’agir concrètement en faveur d’une démocratie retrouvée au plus près des aspirations du peuple. Alors pour les cantonales votons en masse.

Partager cet article
Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 16:35

 

 

Le 21 février 1944, les membres du groupe Manouchian étaient fusillés par les nazis.

 

L’un d’entre eux Rino Della Negra, né à Vimy, faisait partie de ce groupe et subit le même sort que ses camarades.

 

Une plaque lui rendant hommage est visible à Vimy, près de l’école Jean Macé pas loin du Monuments aux Morts.

 

Comme l’année dernière les Fédérations du Pas-de-Calais du P.C.F. et du MJCF rendront hommage à Rino Della Negra ce :

 

LUNDI  21  FEVRIER  à  17 H 30

Devant  la  plaque  évoquée  ci-dessus.

 

 

venez nombreux pour rendre hommage à ces hommes qui ont défendus la France au péril de leur vie!

Partager cet article
Repost0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 14:54

 Jean-Claude Danglot, sénateur, et Hervé Poly, secrétaire fédéral, souhaitent la mobilisation des élus et des syndicats.

Jean-Claude Danglot, sénateur, et Hervé Poly, secrétaire fédéral, souhaitent la mobilisation des élus et des syndicats.

 
| SÉCURITÉ SOCIALE MINIÈRE |
Il avait été l'un des tous premiers à réagir à la publication du rapport Bur sur la sécurité sociale minière, ...

publié « juste avant les fêtes de fin d'année ! » Depuis, Jean-Claude Danglot, sénateur communiste, explique avoir aussi appelé les élus à la mobilisation.

« Une action concrète, une mobilisation »

 

Faute de réponse positive, ou de réponse tout court, le sénateur communiste demande aujourd'hui un rendez-vous au Premier ministre et, si cela se fait, il espère bien ne pas y aller seul. C'est pourquoi il invite à nouveaux les élus du bassin minier « pas seulement les communistes, mais aussi les socialistes et les élus de l'UMP ». Pour lui, une concertation en avril, après les élections cantonales et avant la pause des vacances d'été, représenterait une bonne période.


« Nous, élus, nous sommes les héritiers de l'histoire et du présent », affirme-t-il, souhaitant voir se mettre en place « une action concrète, c'est-à-dire une mobilisation ».

 

« Il y a quelques années, après une mise en cause d'acquis sociaux aussi importante que celle-ci, nous serions descendus en bus à Paris. Mais les ressortissants du régime minier ne sont plus très nombreux », explique le sénateur. C'est d'ailleurs pourquoi il comprend d'autant moins l'apparition de ce rapport Bur, alors que les 300 000 ressortissants sont « vieillissants et qu'ils ont besoin de la gratuité des soins et de leur réseau sanitaire de proximité. Et à moyen terme, d'ici à 15 ou 20 ans, c'en sera fini de la sécurité sociale minière ».


Évidemment l'élu communiste fustige la politique de Nicolas Sarkozy « qui aura remis en cause tous les acquis sociaux depuis deux ans ». « Moi je ne parle pas d'acquis mais plutôt de droits des mineurs », précise Hervé Poly, secrétaire fédéral, qui rappelle que, historiquement, ceux-ci cotisaient plus que les ressortissants du régime général pour financer la SSM.

 

Respect des mineurs
« À l'évidence, ce n'est pas un problème financier mais d'ajustement », estime-t-il, et il préconise de « mettre ce rapport à la poubelle ». En fait, Jean-Claude Danglot et Hervé Poly demandent que « l'État respecte la parole donnée, on doit au moins ça aux mineurs ».


Même s'ils estiment que tout n'est pas négatif dans ce rapport Bur, les communistes dénoncent « la philosophie de ce travail commandé et le fait qu'il ait été confié à une seule personne, Yves Bur, un député, sans aucune concertation. Un rapport parmi tant d'autres et un rapport de mission. » Jean-Claude Danglot regrette qu'on utilise ainsi « un aspect technique pour faire passer un choix politique ». Il estime qu'il y a « suffisamment de handicaps dans le bassin minier pour conserver l'existant dans son ensemble. » •
D. B.

Partager cet article
Repost0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 17:08

http://www.ledauphine.com/fr/images/9ADA01DC-136F-4E0A-B8FF-32B8258E804A/LDL_06/des-centaines-de-milliers-d-egyptiens-ont-envahi-la-place-tahrir-hier-au-caire.-ce-lieu-est-d-aill.jpg


Le Parti communiste salue le peuple égyptien pour la grande victoire historique conquise sur la dictature et ce régime despotique et corrompu. Ainsi s'achève la première phase de la révolution avec la satisfaction de la principale revendication populaire: la chute du dictateur et de son entourage le plus proche. Cette victoire historique est une victoire pour les peuples arabes et les peuples dans le monde qui aspirent à la liberté, la dignité et la justice sociale.



Nous rendons hommage aux centaines de martyrs et aux milliers de blessés, ces esprits clairvoyants qui ont ouvert, par le sang et les sacrifices, le chemin qui mène au triomphe de la révolution.



Tout en rendant hommage aux partis et aux forces qui ont soutenu le peuple Égyptien dans le monde arabe et dans le monde entier, nous nous engageons à poursuivre la Révolution jusqu'à la satisfaction de toutes les revendications populaires, la conquête de nos droits démocratiques, sociaux et nationaux. En trois semaines de révolution, nous avons connu les jours de gloire et les jours difficiles, on a dû faire face aux tentatives de ravalements de façade du système et des forces de la contre-révolution. Seuls la résolution et le courage du grand peuple Égyptien ont permis de mettre en échec ces manœuvres, révélant au grand jour ce que la Révolution doit à notre civilisation et à notre patrimoine historique.



Une nouvelle ère s'ouvre en Égypte, dans le sang et les sacrifices de ses enfants. Notre peuple continuera à lutter pour récupérer ses droits et obtenir satisfaction dans ses justes revendications pour une vie digne dans un pays libre.

 

Vive la révolution! Vive le peuple Egyptien!268

 

Parti communiste Egyptien


 

Source : http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 21:41

Fichier:Flag of Egypt.svg

 

Mubarak vient d'annoncer sa démission.

C'est une formidable nouvelle pour le peuple égyptien et les peuples du monde entier.

Après la Tunisie, la force de la politique l'emporte une nouvelle fois sur la politique de la force.

 

Cependant, ce n'est qu'un début, rien n'est joué.

le Conseil militaire suprême prend en charge les affaires publiques "dans les circonstances difficiles que traverse le pays".

 

Cette première grande victoire en appelle d'autres, rien ne garantit aujourd'hui que les aspirations du peuple égyptien soient satisfaites.

 

Une fois de plus, comme en Tunisie, demain en Algérie et dans de nombreux pays européens, la jeunesse est pointe des mobilisations.

Comme en Tunisie, derrière le slogan « travail, dignité, liberté », c'est aussi la dictature des marchés financiers et l'ordre capitaliste qui est remis en cause, le même qui plonge des millions de jeunes dans le chômage et la misère à travers le monde.

C’est ce qui fait trembler les gouvernements dans les palais du Caire et de l’Elysée ! C’est contre cet ordre économique et leurs serviteurs que les jeunes se mobilisent.

Le silence du gouvernement français sur la situation en Egypte comme celui de Sarkozy hier soir devant les préoccupations des français sont révélateurs de la déconnexion totale avec la colère qui traverse les peuples.

A Tunis, au Caire, a Alger, l'histoire est en marche, les jeunes communistes, pleinement solidaires de ces peuples, comptent bien appeler l'ensemble des jeunes de France à en écrire ici aussi une nouvelle page.

Partager cet article
Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 20:06

Au nom du conseil national du M.J.C.F, je voudrais d’abord vous présenter toutes mes excuses pour cette invitation à la présentation de nos voeux pour 2011. En effet, à lire la presse, à écouter les grands commentateurs politiques de la radio et de la télévision, je crois que nous nous sommes complètement plantés en vous invitant à des voeux pour 2011… Parce qu’à les écouter tous, il est clair que nous ne sommes pas en 2011 mais bien plutôt en 2012 !

 

pierric annoot

 

Strauss-Kahn ou Sarkozy ? Telle est l’indépassable question de notre temps… A moins que ce ne soit Marine, cette bonne copine qu’on appelle par son prénom pour faire oublier que son nom est Le Pen… Assis sur les fauteuils moelleux de la direction du Figaro ou de Libération, sur les canapés neufs du MEDEF ou du ministère de l’Education, on n’a sans doute aucun mal à faire des bonds d’un an et demi… Après tout, quand on rote entre le caviar et le homard place de la Concorde au dîner du Siècle, qu’on soit en 2011 ou en 2012 ne change pas grand-chose : les bouches sont pleines, les pensées creuses ; la paie est bonne, les plats sont chauds ; aujourd’hui sifflote et demain promet de chanter pourvu que les jeunes veuillent bien bosser sans broncher !

 

Pourtant, si on quitte les bords de la Seine – ou du moins si on quitte ces bords-là –, peut-être en va-t-il un peu autrement… Du Havre à Port-de-Bouc, de Metz à Montauban en passant par Ivry, Montluçon, Lille ou Grenoble, ce que vivent les gens, ce que vivent les jeunes n’a vraiment rien à voir. Chômage, précarité et bas salaires sévissent en masse sous la férule du patronat et la bénédiction de Nicolas le petit. Quand les comptes sont à zéro le 15 du mois, on a bien du mal à se projeter au 30. Alors, se projeter dans 17-18 mois…

 

Pour cette France-là, pour notre France, non, 2011 n’est pas une parenthèse qu’on enjambe avec ses bottes de sept lieues en cachemire Chanel. Alors, parlons de 2011 et ayons la trivialité de former des voeux pour cette année qui commence. Et des voeux, il va falloir en former quand on jette un coup d’oeil sur les offensives régressives de la droite l’année passée et sur celle qui viennent. Celle de l’année passée, avec une contre-réforme des retraites ultraréactionnaire qui entend nous obliger à trimer jusqu’à la tombe. Une contre-réforme qui enfonce encore un peu plus dans le chômage ces 650 000 jeunes qui ne trouvent pas de boulot. Des offensives réactionnaires encore, avec un flot de discours et de lois ultrasécuritaires, xénophobes et racistes. Racisme d’Etat et chiffon rouge de la paran« Contaminons ! Contaminons ! Contaminons ! »oïa 24/24. Stigmatisations, divisions, diversions, des Roms aux musulmans en passant par les fonctionnaires, les syndicalistes ou les Auvergnats à casquette à l’envers : tout a été bon pour casser les solidarités, étouffer les résistances et faire monter la haine contre son voisin pour mieux camoufler le CAC 40 et faire passer la maquerelle Parisot pour la bonne mère des peuples. Offensive réactionnaire toujours avec une attaque atomique contre l’Education nationale avec la contre-réforme Chatel, la loi Ciotti, le programme Clair, etc. Formation des professeurs ? Atomisée ! Egalité des établissements ? Atomisée ! Nombre de postes ? Atomisé ! Oui, si Nicolas Sarkozy a bien quelque chose de rouge entre les mains, c’est le bouton nucléaire de la guerre sociale ! Et le pire, comme dit l’autre, c’est que quand on croit que c’est fini, eh bien « Sarkomence  ». Au programme de 2011 : racket du peuple et des jeunes pour gaver les assureurs et les banquiers sur le dos de la « dépendance » des vieillards ; racket du peuple et des jeunes pour gaver encore plus la bande du Fouquet’s avec la suppression annoncée de l’Impôt de solidarité sur la fortune. Scandale d’Etat que cette affaire ! Ne l’oublions pas, l’I.S.F., c’est 4,5 milliards € ! Hop ! Cadeau ! Cadeau pour ceux qui ont déjà tout ! 4,5 milliards €, c’est 2 000 écoles, c’est 1 500 médiathèques, c’est même 15 stades de France ! 4,5 milliards €, c’est 40 000 maisons, c’est 375 000 années de SMIC ou, mieux, 375 000 emplois ! S’ils ne savent pas quoi en faire, qu’ils nous les confient : avec 4,5 milliards €, on ferait un sacré plan d’urgence pour les jeunes… Mais ne rêvez pas ! C’est pour le Fouquet’s ! Et pour mamie Liliane qui a bien besoin de 40 millions de cadeau fiscal pour oublier ses malheurs de l’an passé ! Dans les tiroirs de 2011, on trouve aussi le plan Bockel et des tas de projets bien moches sur la criminalisation des mineurs. Sans compter les autres surprises que ne manqueront pas de nous concocter Eric Besson et Brice Hortefeux dans leur course à l’échalote fascistoïde.

 

La suite du menu ? Vous n’en pouvez plus ? Vous n’avez plus faim ? Dommage parce qu’eux ne sont jamais rassasiés ! Donc je continue. Et avec un gros morceau s’il vous plaît : la destruction de ce qui reste du statut de la fonction publique élaboré par Maurice Thorez. Fonctionnaires payés au sans-papier dénoncé et expulsé, fonctionnaires primés au bahut fermé et rasé, fonctionnaires licenciables s’ils osent se rebéller, fonctionnaires en voie de disparition avec les suppressions de postes… Et, bien sûr, comme secrétaire général de la J.C., comment ne pas parler des beaux projets que mijotent pour les jeunes Xavier Bertrand et Laurence Parisot pour ce printemps ? Un petit projet qui sent bon le renforcement maximal de la précarité des jeunes. Atomiser les jeunes pour mieux lancer l’assaut contre le peuple tout entier : la vieille tactique de la réaction pourrait bien faire son grand retour en 2011 ! « Assez pleuré ! » dites-vous ? Hélas non ! En internationalistes résolus, il va nous falloir boire le grand bol de larmes et de sueur des peuples du monde ! Saignés par le FMI du socialiste Strauss-Kahn, saignés par l’OMC du socialiste Lamy, saignés par le G20/G8 de sa majesté Sarkozy, les peuples prennent de plein fouet la déferlante de la crise et subissent durement les coups portés par les capitalistes. Ce sont désormais plus de 205 millions de personnes qui sont au chômage dans le monde : près de 30 millions de plus qu’en 2007. Côté jeunes, ce sont maintenant près de 80 millions de jeunes dans le monde qui sont jetés de force dans l’armée de réserve et de larmes concoctée par les capitalistes : 5 millions de plus qu’en 2007. En 3 ans, c’est l’équivalent de deux Normandie tout entières qui ont été jetées au chômage ! Achèvera-t-on ce noir tableau en parlant de la Palestine ? Force est de constater qu’Israël est moins disposé que jamais à accorder le droit à l’existence d’un véritable Etat palestinien. Obama est moins engagé que jamais à taper du poing sur la table contre les violations du droit par Israël. Quant à Sarkozy, n’en parlons même pas : on sait depuis le début que Sarkozy l’Américain est aussi Sarkozy l’Israélien ou plutôt Sarkozy l’anti-Palestinien affichant une surdité tenace et bornée face à l’injustice subie par Salah Hamouri dans le temps même où il ne manque pas d’afficher sa solidarité avec le soldat Shalit.

 

J’en passe mais c’est assez ! Rien qu’avec ça, on serait tenté de dire avec Engels il y a 160 ans que « l’horizon n’a pas l’air de virer particulièrement au rouge ». Et pourtant…

 

Oui, Engels avait vu juste pour 1851 : Louis-Napoléon Bonaparte prit le pouvoir sans que bougent la jeunesse et le peuple de France épuisés par trois grandes révolutions en soixante ans. Mais cela vaut-il pour 2011 ? Rien n’est moins sûr… La bataille des retraites a été une formidable mobilisation populaire et juvénile. La J.C. s’y est investie résolument et massivement au point que l’anticommunistissime journal Libération ait été obligé de le souligner ! La J.C., au cœur du combat de classe, s’est ressourcée et s’est renforcée avec l’arrivée de centaines et de centaines de jeunes, la rage au cœur, le poing fermé et les yeux grands ouverts. Fraîchement rentrés du Festival mondial de la jeunesse et des étudiants qui nous a permis de rencontrer ces milliers de jeunes en lutte dans le monde, les jeunes communistes sont, aujourd’hui encore plus qu’hier, nombreux, motivés, organisés et déterminés à mener avec la plus grande énergie la lutte. N’en déplaise aux rêves à peine secrets de la droite et du patronat, n’en déplaise aux larmes de cinéma des sociaux-démocrates, NOUS NE SERONS PAS LA GENERATION SACRIFIEE. Vous pouvez compter sur nous ! Nous ne serons pas la génération sacrifiée : nous allons conquérir de nouveaux droits pour les jeunes ! Nous ne serons pas la génération sacrifiée : nous allons mener la bataille pour l’emploi et la formation ! Nous ne serons pas la génération sacrifiée : nous allons renvoyer Lucky Luke Chatel aux USA qu’il n’aurait jamais dû quitter, lui et toutes ses réformes ! Nous ne serons pas la génération sacrifiée : nous répondrons pied à pied à tous ceux qui veulent monter des murs au sein de la jeunesse pour mieux cacher les vrais coupables ; avec les jeunes communistes en 2011, qu’ils n’espèrent pas dormir tranquille les Hortefeux, Le Pen, Bachelot, Vanneste et autres Stephen King de la société paranoïaque ! Nous affronterons la petite poignée de crapules du G8/G20 qui veut peindre notre avenir aux couleurs de Germinal : nous ne serons pas la génération sacrifiée ! Nous défendrons les combats des jeunes femmes contre les remises en cause du droit à l’I.V.G. car nous n’oublierons jamais cette phase de Marx (12/12/1868) : « Quiconque sait un peu d’histoire n’ignore pas que de grands bouleversements sociaux sont impossibles sans le ferment féminin. Le progrès social se mesure exactement à la position sociale des femmes. » Elles ne seront pas, nous ne serons pas la génération sacrifiée. Gagner de nouveaux droits pour l’égalité Homme/Femme, gagner de nouveaux droit pour les jeunes, c’est faire avancer toute la société.

 

Notre camarade, notre ami, notre frère, Salah, nous allons nous battre en grand pour sa liberté qui est aussi la nôtre, nous allons recouvrir la France de son visage et de son nom, au fronton des mairies, sur les murs des usines, dans les couloirs des lycées, sur les places de village, personne ne doit plus ignorer le sort qu’on réserve à la jeunesse palestinienne dans ce pays ! Quant à Marwann, cet immense espoir de paix, nous ne le laisserons pas ! On ne lâchera pas ! Nous ne serons pas la génération sacrifiée ; ils ne seront pas le peuple sacrifié !

 

Comme le démontrent ces centaines d’adhésions à notre mouvement, les jeunes n’entendent pas rester les mains dans les poches face aux casseurs d’avenir ! La colère est là : épaisse, solide, ancrée. Le hold-up démocratique, l’insulte permanente, la destruction de toutes les conquêtes sociales : autant de coups reçus qui appellent des réponses. A nous de transformer ces germes de révolte en arbres révolutionnaires. Voilà une tâche exaltante pour des jeunes communistes ! Exaltante et loin d’être irréaliste si on veut bien lever les yeux et regarder autour de soi ! L’Europe des jeunes bouge activement pour contrer l’offensive libérale menée par la Sainte Alliance FMI-UE-BusinessEurope – BusinessEurope, vous savez, c’est le MEDEF européen qu’a longtemps dirigé Ernest-Antoine Sellière… En Grande- Bretagne, en Italie, aux Pays-Bas, les jeunes sont aux premières lignes du combat contre les réactionnaires de tout poil.

 

Si on tourne à présent notre regard du côté de la mer Méditerranée, on voit des jeunes encore plus nombreux et encore plus motivés se battre pour la liberté, la démocratie et, même si les média en parlent moins, pour l’emploi, pour les salaires, pour l’éducation. Un combat authentiquement progressiste et tendanciellement révolutionnaire, de l’Egypte à la Mauritanie en passant par l’Algérie. Il y a décidément vraiment moyen de donner un méchant coup de vieux à la phrase d’Engels de 1851 !

 

Je le vois, vous commencez vraiment à vouloir vous jeter sur la boisson. Je termine donc. Et comment terminer par autre chose que la Tunisie ? Quel espoir formidable ! Quelle leçon grandiose nous donnent ce peuple et tous ces jeunes mobilisés, pas dupes pour un sou des manœuvres en eaux troubles des vieilles anguilles benalistes ! Alors oui, bien sûr, Michèle Alliot-Marie, Dominique Strauss-Kahn, les banques et les agences de notation ne partagent pas mon avis ; ils redoutent même ce qu’ils appellent une « contagion » : comme si la liberté était une sale grippe, la démocratie une gastro et la Révolution le virus du sida. Eh bien, puisque c’est ainsi qu’il faut parler, semble-t-il, je terminerai ce trop long discours en vous appelant toutes et tous à vous lancer dans une grande opération de contamination tous azimuts. Si les Tunisiens sont des malades, alors notre mot d’ordre pour 2011 sera : « Contaminons ! Contaminons ! Contaminons ! »

 

Je vous remercie.

Partager cet article
Repost0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 08:30

  http://www.notre-planete.info/actualites/images/societe/Egypte_revolution.jpg

 

 La Révolution se poursuit

Jusqu’à la réalisation des revendications populaires

 

 L’heure de la vérité approche. L’heure où le peuple égyptien imposera la chute de Moubarak et le changement de son régime.

Le régime de l’oppression vit ses derniers moments, surtout après que ses commanditaires étasuniens l’ont délaissé par suite de la Révolution populaire qui va grandissant dans toutes les villes et les régions de l’Egypte.

 Les manifestations d’aujourd’hui, qui ont regroupé des millions de citoyens brandissant le mot d’ordre du départ de Moubarak, sont garantes de mettre en échec tous les complots perpétrés par le dictateur et sa bande, visant la liquidation de la Révolution.

 L’accord entre les différentes parties de l’opposition sur la formation d’un Comité de salut public ayant l’aval des masses populaires, des manifestants notamment, est un point décisif pour réaliser les revendications politiques, économiques et sociales posées par la Révolution.

 C’est pourquoi nous insistons sur les revendications essentielles acceptées par toutes les forces patriotiques représentées au Parlement populaire constitué :

 1 – Imposer la chute de Moubarak et former un Conseil présidentiel pour une période bien déterminée.

2 – Former un gouvernement d’alliance qui prendra en charge la direction du pays durant cette période transitoire.

3 – Appeler à la formation d’une Assemblée constituante  élue qui aura pour tâche de mettre au point une nouvelle Constitution basée sur le principe de la souveraineté nationale et garantissant l’alternance dans le cadre d’un Etat laïc, démocratique gjuste.

4 – Juger les responsables des massacres qui ont fait des centaines de martyrs et des milliers de blessés, mais aussi les responsables de la corruption qui ont volé les richesses produites par le peuple égyptien.

Vive la Révolution du peuple égyptien

 Le Caire, premier février 2011

Partager cet article
Repost0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 19:19

Pour dire non au budget 2011 dans l'Education Nationale prévoyant la suppression d'encore 16 000 postes pour la rentrée prochaine dont plus de 800 dans notre académie.

Pour dire non à la prime versée aux chefs d'établissements en cas de bons résultats

Pour dire non à la disparition des baccalauréats technologiques.

 

Mais pour revendiquer une école de qualité, d'accompagnement et d'émancipation. Pour exiger plus de moyens pour l'école publique... Mobilisons nous le 10 février 2011 !

 

Lycéens, etudiants, chômeurs, salariés, retraités... C'est l'avenir qu'il faudra descendre ensemble dans la rue.

 

 

Manifestations départementales :

 

 

Avion : 10h00 - Devant le lycée picasso

 

Béthune : 9h00 - Devant le lycée Louis Blaringhem

 

Manifestation régionale :

 

Lille : 14h30 - Porte de Paris

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 17:51

http://d1.img.v4.skyrock.net/d18/haine-key/pics/46748579.gif  Le Front national c'est l'opposition entre le public et le privé, les travailleurs contre les chômeurs,les étrangers et les « français ». Il prend par exemple « le manque de cotisations à la sécurité sociale » des travailleurs étrangers pour justifier sa politique xénophobe et raciste, mais ces travailleurs y cotisent déjà. Le FN ment à la population et divise la classe ouvrière et les familles les plus modestes pour faire oublier la classe dominante (la bourgeoisie), qui continue à s'enrichir sur le dos des travailleurs, de la population. Le FN est au service de l'UMP et du patronat.

 

Il prétend être à l'écoute et à la défense du peuple et des démunis, mais le Front national propose la fin des 35 heures, la suppression du SMIC et surtout vote contre les subventions aux associations caritatives comme le secours populaire. C'est une attaque directe à nos valeurs de solidarités, encore si présente dans notre pays, mais surtout dans la population de notre département.

 

Il est complètement absent des luttes sociales, aucune proximité avec les besoins et inquiétudes de la population .

Il propose même la retraite à 65 ans avec le système des fonds de pensions privées, comme en rêve le frère de Nicolas Sarkozy. Il à même une grande part dans les critiques faites au mouvements sociaux, aux syndicats et aux millions de manifestants lors de ces derniers mois .

Pire, il soutient et accentue le démantèlement des acquis de la résistance, sécurité sociale, retraite pour tous, service public...

 

Le Front national parle du public, mais vote l'augmentation des subventions pour le privé.

Aucune réaction sur les 820 suppressions de postes dans l' Education National pour notre académie, mais propose de créer une police des écoles. Est-ce la police qui doit se substituer aux enseignants ?

 

La colère de notre population est légitime, mais le vote de contestation n'est pas l'abstention ni le vote front national, c'est le vote communiste, qui a des élus de terrain et des préoccupations de la population, des élus présents dans les cortèges pour défendre l'école, les retraites, les service publics... auprès de notre population.

 

Ce samedi, lors de son congrès, le Front national va changer de tête, mais pas de politique ni d'objectif. Les médias nous parlerons d'un nouveaux Front national, mais la politique menée par le Front national dans la ville d'Hénin-Beaumont, nous démontre d'ors et déjà que c'est une tromperie, pour continuer à diviser le peuple et laisser place libre à la droite, au capitalisme, au patronat et tous ces privilégiés que le gouvernement actuel protège à coup de bouclier fiscal, de réductions d'impôts...

 

En bref, le Front National n'est rien d'autre qu'un parti fasciste au service du capitalisme.

L'Histoire est là pour nous le prouver, chaque régime fasciste (Allemagne nazi, Cuba de Batista, Chili de Pinochet... etc) a défendu bec et ongle le patronat en liquidant les syndicats et les partis communistes. Le Front National n'est rien d'autre que le défenseur de tout ces régimes.

 

Donc pour dire stop à l' UMP, nous devons dire stop au FN.

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 15:44

thumbnailCA6W4YDR.jpg

 

A quelque jours du passage de témoin au FN, le PCF et le MJCF se sont retrouver en présence de Pierre Laurent secrétaire national du PCF, au puits de Dahomey, pour réaffirmer que le Pas de Calais est une terre de résistance mais surtout pour dire stop à la politique xénophobe et raciste du Front national. Loin d’être proche des attentes de la population, il accélère même le démantèlement des acquis de la résistance, retraites, sécurité sociale ….

 

 

 

 

 

 

Les faits

 

A Montigny-en-Gohelle, au cœur du bassin Minier, dans cette zone Nord-Pas-de-Calais rattachée au commandement militaire allemand de Bruxelles, c'est du site de la fosse 7 de Dourges, au puits du Dahomey, que partit le 27 mai la grande grève des mineurs de mai 1941, provoquée par la carence du ravitaillement des mineurs, le blocage des salaires, l'allongement de la journée de travail, et, détonateur, la décision de payer les salaires par équipes, ce qui représentait une perte pour certains mineurs. Ce mouvement faisait lui-même suite à d'autres manifestations de mécontentement des mineurs, dans la région de Douai et même en Belgique. Mais celui-ci fut particulièrement important et mobilisateur.

La grève devient générale et atteint son apogée les 4, 5 et 6 juin : 100 000 mineurs sur 143 000 cessent le travail et toutes les industries dépendantes sont touchées. Soutenus par leurs femmes, les mineurs font face aux mesures de répression mise en œuvre par le Général Niehoff. Les troupes allemandes occupent les puits. Les arrestations se multiplient. 270 mineurs sont déportés en juillet en Allemagne.

Le 10 juin, le travail reprend. Des avancées sont obtenues. Mais la grève a aussi été perçue comme un  défi à l'économie de guerre allemande qui a perdu 500 000 tonnes de charbon. La grève a pris une dimension patriotique. La lutte entre Occupants et Résistants a trouvé son terrain de prédilection. Aujourd'hui, au  puits Dahomey, une stèle rappelle que c'est là qu'a commencé la grande grève des mineurs de mai-juin 1941.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du MJCF du Pas-de-Calais
  • Contact

Rechercher