Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 22:23
Le 17 septembre à 14h au stand du Pas-de-Calais


Les communistes du réseau « Faire vivre et renforcer le PCF »

vous invitent à une rencontre-débat à la Fête de l’Humanité :

Euro, inégalités, guerre et misère...

L’urgence, c’est de sortir du capitalisme !

Ensemble construisons le projet et le parti nécessaires à ce combat !

JPEG - 100 ko

Ce débat aura lieu samedi 17 septembre à 14h au stand de la fédération du PCF du Pas de Calais

Hervé Poly, Secrétaire départemental du Pas-de-Calais

et membre du Conseil national, introduira la discussion.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 16:30

Crise pour tout le monde ?

C’est la crise ! Tout le monde le dit, tout le monde le sait. Mais ce n’est vraiment pas la crise pour tout le monde ! Cette année, alors que le nombre de chômeurs dépasse les 200 millions dans le monde (dont plus de 80 millions de jeunes !), les milliardaires viennent de battre un double record : ils sont de plus en plus nombreux (1 200) ; surtout, ils détiennent à eux tous plus de 4 500 000 000 000 $, soit 15 fois le budget de la cinquième puissance mondiale, la France !En France, c’est cette même logique capitaliste qui s’applique : toujours plus pour ceux qui ont tout ; toujours moins pour ceux qui travaillent, toujours moins pour les jeunes !

Le système capitaliste est fou : près d’un jeune sur quatre au chômage ; plus de 8 millions de personnes sous le seuil de pauvreté (+300 000 en un an selon l’INSEE). Pendant ce temps-là, les riches s’engraissent toujours plus : mamie Bettencourt et ses amis ont la belle vie !

 

La crise a bon dos : Sarko-le-boucher joue les médecins !

 

Sous ses airs de Dr. House, Sarkozy a échangé le scalpel contre la hache et coupe à tout va dans les dépenses de l’État (services publics, éducation, santé…). Pour plaire à ses amis boursicoteurs et aux fameuses « agences de notation », il a dégainé un « plan d’austérité » : 10 milliards de dépenses en moins et des taxes supplémentaires que tout le monde paiera (sodas, parcs d’attraction…). Pendant ce temps là, il a quasiment supprimé l’impôt sur la fortune (plus de 2 000 000 000 € de cadeau à la bande du Fouquet’s !). En clair, il demande toujours plus à ceux qui ont moins et toujours moins à ceux qui ont plus.

C’est aussi injuste socialement (galère de masse VS richesse de masse pour une poignée de gugus) qu’inefficace économiquement (pas d’argent pour les jeunes et le peuple, pas de consommation, pas de croissance) ! Mais, au cas où on voudrait démocratiquement changer de politique, Sarko essaie de tout cadenasser : c’est ce qu’il appelle la « règle d’or ». Le principe est simple : élisez qui vous voulez pourvu qu’il garde la hache à la main pour amputer les services publics et toutes les dépenses de l’État. Ben oui, comprenez : la démocratie, c’est sympa mais faudrait pas que ça touche aux milliards des copains.

En France comme en Europe les jeunes refusent d’etre sacrifies !

 

Il n’y a qu’un capitalisme, celui qui broie nos vies, ensemble luttons !!

 

 

La dette, kezako ?

 

Impossible d’échapper au feuilleton de l’été ! Sur toutes les télés, les radios, en une des journaux s’étalaient les mines sombres des dirigeants de la planète. Leur grande peur : « la crise de la dette ». Mais pourquoi ces dettes font-elle trembler le monde ? Depuis 40 ans, les États font le choix d’emprunter sur les marchés financiers pour alimenter entreprises, banques et fonds de pensions en argent public. Avec à la clef des intérêts énormes à rembourser alors qu’ils pourraient emprunter pour beaucoup moins cher auprès de leur banque centrale. Avec de tel taux d’intérêt, la dette est d’autant plus importante mais elle est aussi alimentée par un 2e service rendu par nos gouvernements aux plus riches de la planète :

Au même moment où les états se tournent vers les marchés pour emprunter, ils décident de réduire leurs ressources. En France, les gouvernements ont baissé l’impôt sur le revenu surtout pour les plus hautes tranches, exonéré les entreprises de leurs cotisations... Sur une année le manque à gagner se chiffre en dizaines de milliards d’euros.

Pourquoi tout craque aujourd’hui ? En 2008, lorsque les bourses se sont effondrées, les gouvernements ont massivement prêté de l’argent aux banques pour éviter leur faillite. Cet argent a été emprunté sur les marchés. Nous avons donc emprunté de l’argent pour le mettre à disposition de ceux à qui nous empruntions pour les sauver. Non seulement le serpent se mord la queue, mais surtout nous avons réarmé la machine à spéculer. Aujourd’hui, les états sont beaucoup plus endettés qu’il y a 3 ans, et ceux que nous avons « sauvé » veulent nous le faire payer. Ce qu’ils veulent c’est ne pas perdre les acquis des exonérations d’impôts et de cotisations, des privatisations … et conquérir plus de pouvoir. En refusant de taxer les richesses créées par notre travail à tous mais accaparées par quelques uns, les gouvernements d’Europe soumettent leurs peuples à la dictature des marchés, du FMI et de la commission européenne par le biais des plans d’austérité.

 

Plus d’élèves, moins de profs : la règle d’or du gouvernement !

 

En 4 ans 52 000 postes ont été supprimés dans l’éducation nationale. Et pour cette rentrée c’est encore 16 000 postes de moins alors que 60 000 élèves supplémentaires sont annoncés. « Faire plus avec moins » c’est le credo du gouvernement mais avec eux c’est plus de précarité en embauchant des jeunes sur des contrats précaires pour remplacer les postes supprimées et moins d’éducation pour tous en supprimant la formation de nos profs et en mettant en concurrence nos établissements.

A la fac comme au lycée l’ « autonomie des établissements » renforce l’éducation à deux vitesses avec d’un côté celle des plus riches qui mènent aux filières d’excellence financées par les entreprises et les collectivités qui en ont les moyens et de l’autre celles des classes populaires avec des personnels mal payés, peu formés et un enseignement au rabais. Résultats de ces politiques : nos classes ferment ou sont surchargées, on apprend pas la même chose d’un établissement à l’autre, nos profs sont précaires et ne peuvent plus se former… C’est nos conditions d’études qui se dégradent et au final c’est 150 000 d’entre nous qui quittent chaque année le système scolaire sans qualification ! Pour faire passer la pilule, le gouvernement tente de nous diviser et de nous priver de nos droits : Guéant accuse les enfants d’immigrés d’être responsables de l’échec scolaire, Chatel systématise les conseils de discipline et prive les lycéens de leurs représentants tandis que Wauquiez, et Pécresse avant lui, réserve le même sort aux étudiants.

Ne nous écrasons pas, exigeons : • Plan pluriannuel d’embauches de professeurs, infirmières, conseillers d’orientation… • Gratuité totale de l’école y compris pour les livres et le matériel professionnel • Gratuité des transports, des sorties scolaires, de la culture • Cadre national pour tous les diplômes et enseignement de qualité dans toutes les filières

Précaires à vie, non merci ! Le chômage des jeunes est énorme (23% !) et augmente tous les mois. Un jeune sur cinq vit sous le seuil de pauvreté. Qu’est-ce qu’ils ont trouvé chez Sarko pour améliorer la situation ? La réforme des retraites et la liberté de délocaliser pour faire gonfler le chômage. Et pour ceux qui ont du boulot, c’est stages sous-payés sur stages sous-payés (voire pas payés du tout !) ; c’est intérim et si t’es pas content, ciao ! ; c’est apprentissage payé à coups de lance-pierres (de 25% à 78% du SMIC !) ; c’est service civique où tu travailles comme tout le monde mais t’es payé 350 € par mois ! Tout est bon pour te payer moins et que les grands patrons s’en mettent plein les poches… Ben ouais coco, Sarko, c’est le président des riches ! Propositions

  • Droits nouveaux pour les salariés et les comités d’entreprises. C’est nous qui créons les richesses, pas de raison que les patrons décident seuls de tout !
  • Plan de conversion de tous les emplois précaires en emploi stables et sécurisés. Mort au « sas de précarité » ! Un CDI pour tous les jeunes !
  • Allocation de formation, de recherche du premier emploi et de retour à la formation financé par l’ouverture d’une nouvelle branche de la Sécurité Sociale. La formation est un droit !

 

Diviser pour mieux régner !

 

La colère monte contre les politiques injustes de la droite. Pour garder leur place, ils ont trouvé une stratégie : nous diviser ! Ils nous font croire que l’ennemi, c’est l’étranger. Le chômage ? Les étrangers. L’insécurité ? Les étrangers. La solution ? La « Croisade » (Cl. Guéant, ministre de l’Intérieur) ! Voilà les mensonges énormes qu’ils racontent partout. Et pourtant, les étrangers, par les taxes et cotisations qu’ils paient ont rapporté plus de 12 milliards d’euros à l’État français l’année dernière ! Ce ne sont pas eux les parasites, les profiteurs, ceux qui s’engraissent sur notre dos. Les vrais parasites, ce sont les amis de Nicolas Sarkozy : Liliane Bettencourt, ses 15 milliards € et son île ; Carlos Ghosn, ses salaires de folie (près de 10 000 000€) et ses licenciements chez Renault ; Michel Pébereau, patron de la première banque européenne (BNP Paribas) et ses traders prêts à tout pour apporter l’argent dans les coffres-forts ! Les voilà les parasites !

• Inéligibilité de tous les hommes politiques qui tiennent des propos racistes et discriminatoires. Respect pour tous les habitants de ce pays ! • Régularisation de tous les sans-papiers ! • Droit de vote et d’éligibilité pour tous les habitants de la France : l’égalité, enfin ! • Liberté de mouvement pour les hommes et les femmes, et pas seulement pour les capitaux : il faut en finir avec l’Europe forteresse !

Propositions

 

 

Le monde de demain est celui que la jeunesse invente aujourd’hui

 

Changer les logiques qui dominent le monde c’est possible !

A présent la plupart des lois contribue à favoriser ceux qui détiennent le capital. Des milliards sont transférés de la poche de ceux qui travaillent et créent les richesses du pays vers ceux qui possèdent l’argent. Il faut inverser cette logique qui développe la misère et la pauvreté, précarise les jeunes pour enrichir à milliards une poignée d’actionnaires... Il est temps de proposer ! La droite veut précariser les jeunes ? Nous choisissons de nous émanciper et d’utiliser l’argent pour répondre à nos besoins et pas à ceux des marchés financiers !

Ensemble exigeons !

Battons-nous pour conquérir ce qui devrait être normal : l’accès à la santé, à la culture, aux transports, à un logement, à un emploi stable et correctement rémunéré, à une éducation de qualité.... Nous pouvons faire grandir l’idée qu’il est urgent de construire une société juste où les mots liberté, égalité et fraternité prennent tous leur sens. Les jeunes de toute l’Europe subissent ces mêmes logiques. Nous devons riposter ensemble contre les plans d’austérité qui s’abattent partout.

Tous dans la rue Le 15 octobre

avec tous les jeunes d’Europe pour dire ensemble notre refus de l’austérité, et pour exiger une Europe de la justice sociale et de la paix.

 

Partager cet article
Repost0
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 16:26
Le premier ministre François Fillon a dévoilé ses nouvelles mesures de rigueur budgétaire hier soir. Aux ordres des marchés financiers, il n’a proposé aucune remise en question de sa politique économique. Une fois de plus, le gouvernement préfère ponctionner les travailleurs en s’attaquant à leur porte-monnaie.

Hausse des taxes sur des produits de consommation (tabac, alcool, sodas), prélude à une hausse généralisée la TVA, accompagnée d’une hausse des prélèvements sociaux, déremboursements de certains médicaments… Derrière, les compagnies d’assurances et les mutuelles augmenteront leurs tarifs pour répercuter ces coûts.

 

Au nom de la lutte contre les déficits, Sarkozy et sa clique font payer l’addition au peuple ! Pour faire passer la pilule, ils annoncent une taxation (temporaire) sur les très hauts revenus à 3%. Cela équivaut à récupérer 200 millions d’euros sur les 2 milliards d’allègements fiscaux accordés aux plus fortunés il y a quelques mois. Nous ne voulons pas la charité, il faut taxer les 80 milliards d’euros de bénéfices distribués cette année par les entreprises du CAC 40.

 

Le message est clair : les nantis se partagent le gâteau et nous font gentiment cadeau de leurs miettes ! Ce nouveau programme traduit l’asservissement volontaire de nos gouvernants aux marchés financiers : ce plan a été fait pour...conserver la note AAA ! Et les agences de notation et les institutions financières internationales demanderont très vite de nouveaux efforts sous prétexte de lutte contre les déficits. Pourtant, cette « dette publique » a justement été creusée pour sauver les banques et les marchés en 2008, et ils veulent aujourd’hui que les peuples payent l’addition. Leurs exigences sont illégitimes ! Il faut répartir autrement les richesses en France : réinstaurer une fiscalité progressive des revenus, taxer les revenus financiers, augmenter les salaires.

 

Les revenus du travail sont plus taxés que les autres, le niveau de chômage est historiquement élevé, l’évolution des salaires est au point mort... Nous ne voulons pas « rassurer les marchés » mais répondre aux besoins populaires et faire vivre la solidarité !

 

Nous voulons renverser les politiques qui démantèlent l’éducation et la recherche, nous voulons en finir avec la précarité et les bas salaires auxquels les jeunes sont condamnés, nous voulons garantir à chacun l’accès à la santé, aux transports, aux loisirs et à la culture. Prenons l’argent là où il est ! Mettons fin aux politiques qui ne servent que quelques profiteurs et investissons pour l’avenir et la réponse aux besoins de chacun !

 

Le 27 septembre pour l’éducation nationale et le 15 octobre dans toute l’Europe : tous dans la rue contre l’austérité et pour nos droits !

 

Partager cet article
Repost0
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 16:35

208872 10150156056612103 620097102 6451020 6436296 n[1]

 

Après les printemps grecs et espagnols, les jeunes continuent à se mobiliser sous diverses formes cet été contre les plans d’austérité qui s’abattent partout en Europe.

 

Depuis maintenant plus de 3 semaines, la jeunesse israélienne se mobilise contre la vie chère et notamment le prix des loyers qui pousse des milliers d’entres eux à la rue pour loyers impayés. Ce mouvement d’ampleur et inédit en Israël, avec comme slogan « Le peuple exige la justice sociale », montre bien que le peuple ne veut pas payer la crise économique et subir les plans de rigueur infligés par le gouvernement de Netanyahou.

 Au Royaume-Uni, la révolte prend une autre forme, mais exprime les mêmes maux. Si aucun slogan n’est scandé dans les rues, la tournure que prennent les événements expriment bien un malaise social profond qui traverse une partie de la jeunesse anglaise.

Les jeunes des couches populaires, à qui on a retiré l’allocation de fin d’études, dont le gouvernement a fermé les salles de réunions, sont livrés à eux-mêmes. Rappelons, de plus, des chiffres édifiants : frais d’inscriptions pour les universités dépassant les 15000 euros, âge de la mortalité atteignant 53 ans dans certains quartiers populaires. Au-delà de la jeunesse, dans un des pays d’Europe où la fiscalité est la plus favorable aux entreprises, les classes populaires vivent dans le plus grand dénuement.

Si nous ne pouvons bien entendu pas légitimer le recours à la violence, à la destruction et au pillage, ces nuits de violence démontrent bien que la vision idyllique (qu’on tente de nous présenter) « d’une jeunesse anglaise heureuse et épanouie au pays de l’ultralibéralisme et des contrats précaires » tombe à l’eau.

Cette révolte des quartiers populaires londoniens (due à la mort d’un jeune anglais tué par la police) nous rappelle celle des quartiers populaires français de 2005, qui s’était déclenchée après la mort tragique de Zyed et Bouna dans les mêmes circonstances.

Là aussi, nous dénonçons les discours racistes et xénophobes qui profitent cyniquement d’une situation de grande détresse des couches populaires anglaises afin de désigner comme responsables des troubles les populations immigrées.

La vraie question est : n’existe -t-il pas un lien entre les soulèvements populaires et/ou les manifestations des jeunes quelque soit les formes qu’elle prend et la crise du capitalisme qui veut casser l’avenir des jeunes et les plongent dans la précarité partout en Europe.

Nous subissons les mêmes logiques, nos gouvernements appliquent les mêmes politiques qu’on soit à Madrid, Paris, Tel-Aviv ou Londres, nous devons donc riposter ensemble. Le MJCF réitère son appel à la mobilisation le 15 octobre avec toute les jeunesses d’Europe pour dire ensemble notre refus de l’austérité, et pour exiger une Europe de la justice sociale et de la paix.

Partager cet article
Repost0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 01:26

67151 153620014683710 100001071360247 235344 544200 n[1]Nicolas Sarkozy et son gouvernement ont décidé de passer à l’offensive avec la règle d’or.

Alors que partout en Europe les peuples et plus particulièrement les jeunes sont touchés de plein fouet par la crise et les plans d’austérités, la droite veut passer en force nous faire payer la facture.

 

Cette crise est pourtant celle du capitalisme, celle de la spéculation, celle du petit monde des agences de notations. Pour sauver les banques en 2008, des milliards d’euros ont été mis sur la table par les Etats pour quels résultats ? Salaires et emploi en baisse pour profits en hausse !

Sarkozy et ses amis ont transformé la dette des banques en dette publique et ont multilplié les éxonérations de cotisations sociales comme les cadeaux fiscaux au plus riches. Et maintenant Pécresse sur l’air de Margaret Thatcher prend des airs de despote : « Il n’y a pas le choix : ou on est pour les déficits, ou on est pour la règle d’or de retour à l’équilibre des comptes publics » nous dit-elle.

 

Pour réduire la dette que le gouvernement à lui même contracté, on veut nous imposer une réduction des dépenses publiques pour en fait toujours plus livrer notre protection sociale et les services publiques aux marchés financiers !

Ce sont ces mêmes logiques qui plongent les peuples grecs, portugais, espagnol, italien, irlandais dans la misère.

Ce sont ces mêmes logiques que ces peuples refusent en se mobilisant massivement.

Le mouvement des indignés espagnol à prévu d’organiser une grande journée de mobilisation le 15 octobre.

Le mouvement Jeunes Communistes de France avec les espagnol et d’autres organisations européennes ont lancé un appel à la mobilisation en écho à la journée des indignados le 15 octobre partout en Europe.

 

Le MJCF à également convié les principales organisations de jeunesses membres du collectif « la retraite une affaire de jeunes » à se réunir le 30 aout pour leur proposer de se joindre à cette initiative et faire du 15 octobre une journée de mobilisation de tous les jeunes de France et d’Europe.

 

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 17:19

Un communiqué des UL de Béthune, Lillers, Auchel, Bruay et Isbergues

 

Ce matin 26 juillet 2011, plus de soixante-dix camarades de la CGT des UL de Auchel-Isbergues-Béthune-Lillers-Bruay-Liévin, de la CSD et de l’UD 62, et de la CNT… se sont déployés sur le marché d’Auchel pour y diffuser un millier de tracts antifascistes destinés à dénoncer les mensonges du Front National et des identitaires de la Maison de l’Artois d’Auchel, alter-égo de la Maison flamande de Lambersart.

 

manif-cgt-fn-05.jpg


Rapidement, nous avons été confrontés aux identitaires qui sont venus délibérément sur ce marché pour provoquer et lancer des slogans racistes et fascistes, mais aussi pour défier les militants de la CGT au milieu de cette population fortement composée de femmes, d’enfants et de retraités.
Les militants antifascistes de la CGT et autres sont restés dignes et ne sont pas entrés dans l’affrontement voulu par les fascistes identitaires de la Maison de l’Artois d’Auchel renforcés pour l’occasion par les fascistes de Lambersart.
L’ultime provocation des fascistes s’est déroulée en fin de marché quand les identitaires ont tenté de charger les militants CGT allant même jusqu’à bousculer les forces de l’ordre rappelées en urgence.
La Maison de l’Artois est une « association légalement déclarée » a précisé dans la presse l’adjoint du Maire Richard Jarrett, Philibert Berrier. Mais ce jour, la Maison de l’Artois a dévoilé sa véritable identité devant la population auchelloise, c’est-à-dire qu’elle est un nid de fascistes racistes et violents, implantés au coeur même de la ville d’Auchel et qui sont prêts à l’affrontement.
La CGT est venue sur ce marché d’Auchel pour dénoncer avec un tract et de manière pacifique la divulgation organisée des idées fascistes.
La Mairie d’Auchel, son Maire, ses adjoints doivent désormais prendre leurs responsabilités politiques car elle ne peut plus nier les visées politiques de l’extrême-droite qui selon eux, s’est implantée légalement dans cette commune, et cette terrible réalité des radicaux d’extrême-droite de la Maison de l’Artois.
Aujourd’hui beaucoup de camarades de la CGT ont été dégoûtés et ébahis par cette présence fasciste sur ce marché populaire d’Auchel, et certains ont été choqués par l’attitude dangereuse et violente des membres de cette mouvance identitaire.
Les identitaires ont cru déjouer la CGT et faire peur aux militants antifascistes présents, en employant la provocation et la terreur.
Mais ils se trompent lourdement, car dans les prochaines semaines la CGT reviendra sur ce marché avec encore plus de forces et de militants de plus en plus convaincus de ce danger, pour chasser les fascistes de cette ville.
Les identitaires et le FN doivent comprendre qu’ils ne sont pas les bienvenues chez les chti auchellois, et que jamais la CGT ne reculera devant cette racaille d’extrême-droite, raciste, xénophobe et ultra-nationaliste.

les jeunes communistes soutiennent l'action des camarades de la CGT, et regrette le comportement du maire d'Auchel . Luttons tous contre ce fléau . !!!
Partager cet article
Repost0
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 20:36

 282786_1860160985315_1279620418_1668275_656201_n-1-.jpg

 

Je vous envoie mes salutations et aussi celles des prisonniers politiques. Votre soutien est la chose qui tient notre moral et nous donne le sentiment qu'on est pas seuls, et on continuera notre lutte collective contre l'injustice et toutes les formes de discrimination, et je suis sûr que l'on sera ensemble pour continuer cette lutte humaine malgré la souffrance. Je vous remercie." Salah Hamouri.

Le 20/07/11

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 15:36
208872_10150156056612103_620097102_6451020_6436296_n-1-.jpg70e anniversaire de la grève de Mai-Juin 1941 Discours Calonne-Ricouart 27 mai 2011 (UL CGT Auchel)
Discours prononcé par Denis Duporge, secrétaire de l'Union Locale CGT d'Auchel

Le devoir de mémoire de la classe ouvrière est d’honorer la résistance des 100 000 mineurs qui, en mai-juin 1941, ont, pendant deux semaines, fait grève pour des justes revendications, et ce malgré l’oppresseur
nazi qui voulait les asservir et les faire taire, et le patronat des Mines qui profitait de la dissolution du PCF dès septembre 1939, puis de la CGT par les lois pétainistes , pour encore plus exploiter nos camarades, par la force et la répression.

Cette commémoration à Calonne-Ricouart marque après la commémoration de Bruay-la-Buissière le 29 avril dernier et avant celle qui aura lieu demain samedi 28 mai à 18h30 au puits Dahomey de Montigny-en- Gohelle où débuta la grève, le 70ème anniversaire de la terrible répression qui s’abattit sur plus de 400 militants, adhérents de la CGT ou/et de partis progressistes, au printemps 1941.

Avec cette grève, nos courageux et déterminés camarades de la CGT devenue clandestine, qui pour la plus-part étaient aussi membres du Parti Communiste lui aussi devenu clandestin, ont ouvert la voie de la résistance, celle des FTP, des FTP-MOI, des FFI… Un Front de résistance et de sabotages contre l’appareil de production de guerre, qui sera reconnu en 1945 par l’ensemble des puissances alliées contre les fascistes.

Ces mouvements de résistance si différents se sont unis sous l’impulsion de Benoît Frachon, de Jean Moulin, de De Gaulle, de Maurice Thorez... pour créer le Conseil National de la Résistance qui aboutira à d’énormes avancées sociales.

Des droits nouveaux créés et bâtis pour les travailleurs et par les travailleurs, ces mêmes progrès sociaux que le gouvernement d’aujourd’hui tente de détruire pour mettre en place sur fond de re-mondialisation du capital, l’ultra-libéralisme destructeur de droits, de services publics et d’emplois… Un gouvernement qui parle de nos martyrs comme étant les siens alors que de par son action, il les bafoue !

L’ identité syndicale CGT s'est construite sur des valeurs de résistance, de solidarité et d'humanité qui se sont traduites, dans l'histoire de notre bassin minier, par la volonté de lutter ensemble dans les combats de classe autour de grandes causes progressistes locales, nationales et internationalistes… 84 nationalités ont lutté contre le nazisme et ses alliés et on nous parle d'identité nationale ???

Contre la guerre et pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, pour la liberté et les droits fondamentaux, la CGT et le PCF du Pas de Calais ont toujours été de tous les combats avec certains socialistes sincères… Ils le sont encore aujourd’hui sur des principes, des valeurs et des revendications justes qui ne sont pas liées à une "mouvance" politico-syndicale quelconque !

Arrêtés, emprisonnés, torturés, déportés, nos camarades martyrs se sont engagés avec courage et abnégation jusqu’à la mort qui fût parfois atroce et innommable, intolérable et inexcusable… même 70 ans plus tard… nous ne pouvons oublier !

Leurs revendications légitimes, la liberté pour le Peuple, la fierté d’appartenir à une nation, le maintien malgré de danger de continuer et de faire vivre la CGT et les partis progressistes et leurs histoires de luttes à peine 5 ans après 1936, ont été plus importantes que leur propre vie.

Leur engagement, leur sacrifice ont été exemplaires et porteurs d'un message universel fort: ensemble et malgré les différences et le danger quotidien, on pouvait réaliser des choses exceptionnelles, héroïques, pour de grandes causes humaines telle que de se libérer de l'oppresseur nazi et ses sous fifres du patronat collaborateur.

Camarades, être à Calonne-Ricouart aujourd’hui, c'est être porteur de cet espoir, de cette vérité pour continuer à faire vivre ces exemples d'hommes debout au service de la liberté et de la dignité humaine.

Soyons des milliers pour honorer leur mémoire dans notre mémoire collective de luttes de classe pour bâtir des projets communs au service de tous dans le respect mutuel et pour des siècles sans guerre.

Quelles que soient nos croyances, nos religions, nos affinités politiques et syndicales, nous devons nous retrouver afin de poursuivre les combats d’hier et d’aujourd’hui. Des combats pour l'ensemble de l'humanité, à commencer par le combat pour la Paix alors que la France est engagée dans deux guerres.

Mais aussi les combats qui nous paraissent indissociables, ceux pour la justice sociale et la reconnaissance de chacun dans cette société de plus en plus repliée sur elle-même, où misère, racisme et individualisme gagnent du terrain pour alimenter le fumier malodorant du parti fasciste qui s’affiche sans vergogne.

Oui camarades, le parti fasciste s’affiche sans contrainte tout près d’ici à Hénin-Beaumont ou ailleurs, et même si en façade il paraît s’assagir, le parti fasciste continue à mentir et à vomir la haine des autres. 70 ans plus tard. Le spectre fasciste est là devant nous, à quelques mètres de nous. Les idées de la bête immonde ne sont pas encore détruites, la haine et la volonté d’une supériorité de race ou religieuse sont toujours bien présentes. Et elles se propagent dans les masses populaires comme la gangrène… La CGT combat cette menace avec force et détermination.

Comment est-il possible que des travailleurs tombent dans ce piège démagogique et populiste miné par les mensonges, quand des dizaines de milliers de travailleurs de dizaines de nationalités différentes sont morts en martyrs pour avoir défendu des idéaux d’humanisme, de solidarité et de fraternité ?

Nos mineurs morts assassinés par les hordes nazies portaient des noms d’ici et d’ailleurs, ils étaient nés ici et ailleurs, et pourtant ils se respectaient et s’entraidaient... sans racisme ni haine.

Dénoncés, arrêtés, emprisonnés, torturés, fusillés, déportés, gazés, brûlés… parfois à la fleur de l’âge, nos camarades sont restés dans nos mémoires comme nos héros, nos véritables héros, nos héros-mineurs parmi les 100 000 camarades de la CGT et du PCF tombés face aux fascistes nazis et français.

Camarades, quelle leçon de force de ces travailleurs des mines, frères de luttes de Guy Moquet, de Maïa Politzer, de Martha Desrumaux et de tant d’autres, jeunes et moins jeunes, qui ont mis leur vie totale au risque de la perdre à jamais, au service d'un idéal de liberté et de fraternité.

Quelle leçon tirer de la déportation de nos camarades du secteur, Simon Afanasjew de Marles-les-Mines mort à Wewelsburg en avril 1942, Georges Delattre d’Auchel mort à Dora en mars 1944, Adrien Delobelle d’Auchel mort à Sachsenhausen en décembre 1942, Paul Jendryka de Marles-les-Mines mort à Sachsenhausen en novembre 1941, Léon Lefebvre de Saint-Pierre-les-Auchel mort à Sachsenhausen en mai 1942, Jules Pontier d’Auchel mort à Bergen-Belsen en avril 1944, François Salembier d’Auchel mort à Sachsenhausen en avril 1942… Tous avaient défié l’occupant en Mai-Juin 1941…

Dans notre époque de chaos et de division à l’intérieur même de notre classe sociale dont les intérêts sont fondamentalement opposés à ceux des patrons et des nantis de la finance, l’engagement de nos camarades mineurs, résistants et martyrs, nous invite à être porte-paroles des valeurs de la solidarité, de l'entraide, de la fraternité de classe et du refus de l'exclusion.

Gloire à nos martyrs mineurs, résistants, syndicalistes CGT ou membres du PCF, tombés sous le joug du nazisme et de leurs collaborateurs fascistes patronaux.
Gloire à la résistance ! Honneur à leur mémoire et à leur courage !

Ils étaient Mineurs. Ils étaient Français, Polonais, Yougoslaves, Portugais, Espagnols, Italiens. Belges…
Ils ont été fusillés dans les citadelles d’Arras, de Lille, d’Amiens, dans les forts du Vert-Galand à Verlinghem ou du Curgies à Valenciennes, dans les prisons de Cuincy et de Loos les Lille, et dans la forêt de Champigneulles en Meurthe et Moselle, décapités, pendus, affamés dans les camps…exterminés par des barbares dont l’idéologie meurtrière n’est pas morte le 8 mai 1945.

Ils étaient nos camarades, ils étaient des cégétistes, ils étaient des communistes, ils étaient des socialistes... Ils étaient pour la liberté !
Partager cet article
Repost0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 13:01
67151 153620014683710 100001071360247 235344 544200 n[1]Scandale !
Discrimination au plus haut sommet de l’Etat !



Le sommet du G8 se tient du 26 au 27 mai à Deauville. Ce sommet permet aux 8 plus grandes puissances mondiales de définir en catimini la politique de rigueur qui nous sera imposée demain pour sortir d'une crise dont nous ne sommes pas responsables.

 

Des milliers de personnes ont ainsi défilé le samedi 21 mai au Havre pour exiger un autre modèle de société et un véritable débat public. Les Jeunes Communistes ont pris part à cette mobilisation pour faire entendre la voix de la jeunesse, tout en assurant la sécurité et la bonne tenue de cet événement.

 

Pendant ce temps, les puissants se réunissent sans se soucier de ce qui se passe dans le monde. A cette occasion, des milliers de personnes sont embauchées.

 

Un adhérent du Mouvement des Jeunes Communistes de Seine Maritime a été embauché en qualité de serveur lors de cet événement. Alors qu’il s’apprêtait à rejoindre Deauville pour honorer son contrat, son employeur l’a contacté pour lui faire savoir que son accès à Deauville lui avait été refusé par l’organisation car il est « un militant communiste ».

 

Ce scandale ne doit pas être laissé impuni !

 

Alors que le chômage des jeunes dépasse les 25% des actifs, l’Etat, responsable de cette situation, use de la discrimination politique et oblige un jeune à rester au chômage alors que celui-ci cherche à travailler pour gagner dignement sa vie. On ne demande pas aux salariés de soutenir la politique de leur entreprise mais bien de réaliser leur travail de manière professionnelle, ce que ce jeune aurait fait, car son employeur n'a, à ce jour, rien à lui reprocher professionnellement. C’est donc bien uniquement pour ses idées et son engagement politique qu'il n'a pas été retenu.

 

Pire encore, alors que les successifs ministres chargés de la jeunesse se plaignent du manque d’engagement des jeunes dans la vie associative, alors que l’ensemble des spécialistes s’inquiètent du faible nombre de jeunes qui adhèrent à des organisations politiques, alors que les responsables politiques regrettent le faible taux de participation des jeunes aux élections, on punit un jeune pour son engagement. Nous, Jeunes Communistes, refusons ce double langage.

 

Le Mouvement des Jeunes Communistes de Seine Maritime est scandalisé par cette injustice, par cette interdiction de travailler pour ce jeune à cause de son engagement politique. Nous rappelons qu'il est interdit par la loi de discriminer à l'embauche les personnes sur leur opinions politiques au même titre que leur origine, leur religion leur sexe. Pour cette raison, nous saisirons la HALDE, Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité et nous contacterons un
avocat, dans les plus brefs délais, pour engager des poursuites à l’encontre de l’Etat !

 

Baptiste Bauza, coordinateur départemental des Jeunes Communistes de Seine Maritime
06.69.95.87.85
Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 16:07

25080 385082269345 611024345 3606977 664097 n[1]

Paris, le 27 avril 2011

 

 

Monsieur le Député,

 

Dans deux courriers datés du 3 et du 18 mars dernier, vous avez bien voulu appeler mon attention sur la situation de M. Salah Hammouri. Je vous en remercie.

Le Ministère des Affaires étrangères et européennes n'a épargné aucun effort pour notre compatriote, d'abord pour éclaircir sa situation, alors qu'après plus de deux ans de détention préventive, il n'avait toujours pas été traduit devant la justice, puis pour solliciter un geste de clémence avant la tenue du comité chargé de statuer sur une remise de peine. Au plus haut niveau, la France a demandé aux autorités israéliennes qu'une remise de peine puisse lui être accordée, Je déplore que les autorités israéliennes n'aient pas pris une telle décision, d'autant que ses aveux faits à l'audience n'ont été corroborés par aucun élément de preuve. Je mesure la peine de sa famille, alors que M, Salah Hammouri est à présent en âge de s'investir dans des études. Je comprends également que l'intéressé a fait le choix de ne pas solliciter de demande de grâce. C'est une attitude respectable. Mais son avocat indique qu'il n'y a plus, dès lors, de recours possible.

Comme vous le savez, ce cas continue de faire l'objet d'un suivi constant de la part des autorités françaises. Des visites consulaires sont rendues très régulièrement à M. Salah Hammouri. Elles ont permis de vérifier qu'il demeure en bonne santé. Je me réjouis également de voir que notre compatriote reçoit fréquemment des visites d'élus sensibles à son sort, dernièrement, le 7 avril, celle de Michel Billout, sénateur de la Seine-et-Marne, puis le 14 avril, celle de M. Madjid Messaoudene. conseiller municipal de Saint-Denis.

M. Salah Hammouri est à présent libérable le 28 novembre 2011 cl sa situation continuera d'être suivie avec attention jusqu'à sa levée d'écrou.

La France se préoccupe de la situation de chaque Français privé de liberté à l'étranger cl je puis vous assurer que nous nous mobilisons, avec la même ardeur, pour la protection des droits de tous nos ressortissants emprisonnés partout à travers le monde. Je recevrai bien volontiers Mme Denise Hammouri, si elle le souhaite, pour l'écouter et lui présenter l’action du Gouvernement français.

Je vous prie de croire. Monsieur le Député, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Alain JUPPE

 

Copie de la réponse de M. Alain Juppé,
Ministre des Affaires Etrangères et  Européennes
 à Jean-Claude Lefort, Président de l’AFPS

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du MJCF du Pas-de-Calais
  • Contact

Rechercher