Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 22:29

Mardi 29 novembre 2011


Mesdames, Messieurs,  

Chers amis, 

 

Alors que mon fils, Salah, devait sortir le 28 novembre, les autorités israéliennes en ont décidé autrement, de manière totalement arbitraire. 

Bien sûr vous imaginez la déception énorme qui est celle de Salah et aussi celle de sa famille.

Mais je voudrais vous dire, en notre nom à tous, un « grand merci ». Un grand merci car depuis tellement longtemps vous vous êtes mobilisés en faveur de Salah et de la liberté – la sienne et celle de la Palestine.
Sans vous, qui êtes des dizaines de milliers, on ne parlerait même pas du tout de Salah et on n’aurait même pas fait attention à son sort pourtant injuste et terrible.
Merci vraiment car si Salah n’est pas sorti hier ce n’est pas par manque d’efforts de votre part mais bien malgré ces efforts. Vous n’avez rien à vous reprocher, au contraire vous pouvez être fiers de vous. On voit mieux, du coup, l’épaisseur du mur à percer et le poids et la détermination des forces adverses.
Aujourd’hui on me demande : « Mais que faire pour Salah ? »
Je vous répondrais : continuer à exiger sa libération et à élargir encore et encore le cercle des amis qui peuvent nous rejoindre dans cette cause qui dépasse le cas de Salah. Il sait, mon fils, tout ce que vous faîtes et il vous en est gré. Sachez-le.
Les autorités françaises nous ont contactés et ont contacté Salah en proposant de le placer dans la liste des prochains prisonniers palestiniens qui doivent sortir, théoriquement, à la mi-décembre.
Salah comme nous-mêmes, mon mari et moi, avons tous considéré que si cela devait se faire, il est impensable que l’on demande quoi que ce soit à Salah. Pas d’excuses, pas d’écrits d’aucune sorte, pas de signature, pas d’éloignement de sa terre natale. Sans conditions en un mot.
Nous en sommes-là. Nous n’avons aucune garantie que cela se fera. Mais nous refusons toute idée de discussion quant à sa sortie éventuelle. Cela a assez duré. Il ne s’est pas excusé hier pour « adoucir » sa peine, ce n’est pas aujourd’hui qu’il va le faire.
Je tenais à vous informer de cette situation. Verrons-nous notre fils à Noël ? Rien n’est fait, rien n’est certain. Nous avons encore besoin de vous !
Merci infiniment pour ce que vous avez déjà fait avec son Comité de soutien.

( Denise Hamouri, Jérusalem, le 29 novembre 2011. )
Partager cet article
Repost0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 10:19

 

Suite à l'appel de la jeunesse communiste du Pas-de-Calais, une quarantaine de personnes se sont rassemblées devant la gare de Lens le samedi 26 novembre pour réclamer la libération de Salah Hamouri et de tous les prisonniers politiques luttant contre l'impérialisme "frère du capitalisme destructeur".

Plusieurs organisations étaient présentes : le comité Libérez-les, SOS Gaza, AFPS 59/62, le MRAP 62, la section PCF de Lens, le comité de solidarité basque de Lille, le PRCF.

 

Les organisations présentes ont ainsi prit la parole afin de dénoncer le caractère injuste et impérialiste de ces arrestations arbitraires. Le comité Libérez-les a donc lu une lettre de Georges Ibrahim Abdallah touchante et pleine d'espoir pour les luttes à venir.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 13:19


"J'ai espéré être avec vous ces prochains jours mais on sait bien que l'occupation essaie toujours de confisquer notre joie et notre espoir. Mais notre volonté et la votre, notre combat et le votre, et les buts collectifs pour la liberté et la justice vont continuer à dessiner notre chemin pour le futur. Et pour un nouveau monde sans occupation et sans souffrances."

 

Salah Hamouri

Prison de Shata

Le 23 novembre 2011

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 23:09

 

25080 385082269345 611024345 3606977 664097 n[1]
La France, pays des Lumières, de la Révolution, de Robespierre  et de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de juin 1793, a un devoir moral qu’elle ne remplit pas, ou ne remplit plus. Engagée de nouveau auprès du commandement militaire de l’OTAN depuis quelques années, elle s’est engagée dans des conflits impérialistes en Afghanistan notamment, elle est l’alliée des Etats-Unis.

Les mêmes Etats-Unis qui se présentent en garant de la paix, mais qui, dans l’Histoire, ont salit les avancées sociales : embargo à Cuba, assassinat par la CIA du Che, appui du coup d’état militaire renversant le socialiste chilien Salvatore Allende, pillage des ressources africaines.

Nous sommes en droit, nous, citoyens français, d’exiger de notre Gouvernement d’obéir aux principes fondamentaux de la République Française : Liberté, Egalité, Fraternité. Mais la volonté de la plupart des dirigeants, est-elle du côté de l’Humain, lorsque tant d’injustices sont commises dans le monde, quand les richesses créées permettraient à chaque être humain de vivre dignement ? La question se pose également du côté du respect des libertés, et de la dignité de chacun. Certains Etats, encore aujourd’hui, commettent des crimes que nous devons dénoncer : arrestations arbitraires, exécutions sommaires.

Il n’y a pas si longtemps dans notre Histoire, ils avaient pour noms Angela Davis aux Etats-Unis, Nelson Mandela en Afrique du Sud. Aujourd’hui, les prisonniers politiques, retenus injustement et sans raison, sont toujours là : les 5 cubains, mais aussi Marwan Barghouti (militant palestinien emprisonné à Israël), Georges Ibrahim Abdallah (communiste libanais défendant la cause palestinienne détenu en France), Léonard Peltier, Mumia Abu Jamal et plus généralement toutes ces femmes et tous ces hommes engagés du côté de la Liberté, dont ils veulent écrire le nom, comme l’aurait dit le poète Paul Eluard.

Ils ne veulent qu’une chose : leur émancipation, le droit à une indépendance, le droit à une Vie sereine, sans peur du lendemain, et le droit de vivre en Paix, tout simplement.
Nous exigeons aujourd’hui particulièrement la libération de notre compatriote Salah Hamouri, arrêté le 13 mars 2005, reconnu coupable en 2008 par un tribunal militaire israélien, du projet d'assassinat du chef spirituel du parti ultra-orthodoxe Shass, le rabbin Ovadia Yossef.
Condamné à sept ans de prison, il a toujours clamé son innocence. Même notre Ministre des Affaires Etrangères Alain Juppé, a déclaré qu’il n’existait aucun élément de preuve permettant d’inculper Salah Hamouri.
Nous arrivons bientôt à expiration de sa peine : légalement, il doit sortir de prison le 28 novembre 2011, soit dans deux jours.
Mais voilà qu’arbitrairement, encore une fois, le Gouvernement israélien, a décidé de prolonger le martyr de Salah jusqu’en mars 2012. Nous exigeons la libération immédiate de Salah Hamouri, qui a suffisamment payé
Une pensée particulière pour Madame Denise Hamouri, mère de Salah, mais aussi pour toute sa famille, pour tous les prisonniers politiques à travers le monde, synonymes des crimes issus de l’impérialisme, qui est le frère du capitalisme destructeur.
 
C’est pourquoi nous nous donnons rendez-vous le 26 novembre 2011 à 17h30 devant la gare de Lens pour exiger ces libérations.
 
Libérez les prisonniers politiques luttant contre l’impérialisme ! Reconnaissance de l’Etat palestinien !
 
 
La fédération du Pas-de-Calais du mouvement des jeunes communistes de France
 
Autres signataires : SOS Gaza, Association France-Palestine Solidarité 59/62 (AFPS 59/62), Comité Libérez-les, Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples 62 (MRAP 62), PCF section de Lens
Partager cet article
Repost0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 15:02

 

 

25080 385082269345 611024345 3606977 664097 n[1]
      à l'appel des jeunes communistes du Pas de Calais, un rassemblement est organisé le 26 novembre à 17h30 devant la gare de Lens, pour exiger des Etats français et israélien, de libérer Salah Hamouri et de reconnaitre un État palestinien.

      Salah Hamouri sera "libérable" le 28 novembre, mais les autorités israéliennes ne l'entendent pas de cette oreille.
Ce franco-palestinien, à purgé 7 ans de prison pour des motifs non recevables. C'est également le plus jeune ressortissant français emprisonné à l'étranger. (voir l'article un français nommé Salah )

      Nous vous proposons donc de vous joindre à nous lors de cette manifestation pour que la voix de la Paix soit entendue.

Le mouvement jeunes communistes de France, fédération du Pas de Calais.

Autres signataires : AFPS59/62 , SOS GAZA,le MRAP62, liberez les ....
 
 
Partager cet article
Repost0
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 14:45

salah hamouri[1]Même quand le bout du tunnel semble enfin se profiler à l’horizon, le pire se produit inexorablement pour Salah Hamouri et les siens.

 

Comme si son calvaire n’avait pas assez duré, après une mascarade de procès face à ces censeurs d’un tribunal militaire israélien d’occupation siégeant en Cisjordanie, qui scellèrent son sort sans sourciller, après six interminables années passées sous les verrous de l’injustice criante, ignoré par le gouvernement français, notre concitoyen franco-palestinien voit, impuissant du fond de sa cellule, son espoir de recouvrer la liberté, le 28 novembre, s’envoler.

Seul prisonnier politique français détenu à l’étranger, une insupportable distinction, le douloureux destin de ce jeune homme de 26 ans se brise à nouveau sur les récifs de la politique d’Israël, qui n’est jamais aussi impitoyable que quand elle est poussée dans ses retranchements, et contrainte de faire ce qu’elle abhorre : négocier la relaxe de 1 027 détenus palestiniens en échange du soldat Gilad Shalit.

 

Ce que redoutaient Denise et Hassan Hamouri avec anxiété est arrivé : leur fils ne retrouvera pas l’air libre fin novembre, et ils devront attendre le 12 mars pour l’entourer de leur affection. Jointe chez elle, à Jérusalem-Est, Denise Hamouri, bouleversée, a accepté de répondre à nos questions.

 

Denise Hamouri, la nouvelle vient de tomber, la libération de Salah est reportée au 12 mars. Le 28 novembre était pourtant la date officielle de sa remise en liberté, vous aviez même pu rencontrer Alain Juppé, ministre des Affaires Etrangères, après des années de silence du gouvernement, que s’est-il passé ?

Nous redoutions cette terrible perspective qui est un immense choc émotionnel pour nous. L’appel de Monsieur Juppé en faveur de la libération de Salah n’a manifestement pas eu d’écho au sein du gouvernement israélien. La voix de la France ne pèse pas lourd face à l’autisme israélien, et quand Monsieur Juppé a demandé que notre fils soit libéré le plus rapidement possible, et dans les délais légaux, eh bien, qu’a fait Israël ? Israël a répondu avec aplomb : on va le garder plus longtemps !

 

On a dit que l’Elysée était intervenu pour que Salah fasse partie de la deuxième vague de libération des prisonniers palestiniens. Qu’en est-il réellement ?

Après avoir ignoré notre fils pendant des années, cette demande a été faite soudainement par Nicolas Sarkozy, sans que nous soyons prévenus. Cela prouve que Monsieur Sarkozy connaît mal le dossier de Salah. Il est vrai que Monsieur Longuet, ministre de la Défense, n’était même pas au courant de l’affaire selon ses dires récents au micro de France Inter ! Cela laisse sans voix et songeur…

 

Que comptez-vous faire maintenant, y a-t-il un recours possible ?

Il n’y a, hélas, pas de recours envisageable, si ce n’est que le gouvernement français hausse le ton, et réitère sa demande de libération avec la fermeté dont il sait faire preuve à l’égard d’autres pays. Je réclame simplement que Salah puisse sortir à la date qui était inscrite sur son jugement, c’est-à-dire le 28 novembre 2011, et que la France agisse pour que cette date soit respectée. Parallèlement, avec le comité de soutien nous mettons la pression (envois de mails, courriers…).

 

Comment a réagi Salah à l’annonce de son maintien en prison ?

Je n’ai, malheureusement, pas vu Salah depuis plus d’un mois. Il est interdit de visites familiales jusqu’ au 5 novembre, après une grève de la faim qu’il avait entamée avec des centaines de prisonniers palestiniens pour protester contre les punitions collectives inhumaines et contraires au droit international. Je ne sais pas quel est son état d’esprit face à ce nouveau coup dur…

 

Pour soutenir Salah Hamouri et appeler à sa libération à la date du 28 novembre : www.salah-hamouri.fr

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 21:36

25080 385082269345 611024345 3606977 664097 n[1]Nous nous félicitons que Monsieur Alain Juppé, notre ministre des affaires étrangères et européennes ait répondu à notre courrier.

Dans sa réponse, toujours pas un mot sur l’innocence de Salah Hamouri, ni pour dénoncer sa condamnation par un tribunal militaire illégal au regard de l’ONU.

Mais nous avons noté cette phrase dans le 3ème paragraphe avec un grand intérêt :

« Notre objectif n’en reste pas moins constant : faire en sorte que M. Salah Hamouri soit libéré au plus vite ».

Maintenant plus que des mots, nous voulons des actes !

Au moment où les autorités pénitentiaires israéliennes déclarent qu’elles garderont Salah Hamouri en détention au delà de la fin de sa peine prévue le 28 novembre prochain, nous voulons des actes forts de la part de notre gouvernement. Il doit exiger avec vigueur sa libération auprès du gouvernement israélien.

Nous y serons attentifs et nous ne lâcherons rien tant que Salah Hamouri n’aura pas retrouvé ses parents à Jérusalem.

 

 

Réponse de M. Alain Juppé

Monsieur le Secrétaire général,

 

Par courrier daté du 17 octobre 2011, vous avez bien voulu appeler mon attention sur la situation de M. Salah Hamouri. J’aimerais, en retour, vous apporter les éléments de réponse suivants.

Comme tout citoyen français, Salah Hamouri a droit à la protection et à l’attention du gouvernement de la République française. Le ministère des Affaires étrangères et européennes n’a épargné aucun effort afin d’obtenir sa libération, en particulier en sollicitant une décision favorable du comité chargé de statuer sur une remise de peine. En 2009, la France a demandé au plus haut niveau cette libération par un courrier du Président au Premier ministre israélien. Il est regrettable que les autorités israéliennes n’aient pas pris une telle décision.

Notre objectif n’en reste pas moins constant : faire en sorte que M. Salah Hamouri soit libéré au plus vite. La France ne ménagera aucun effort pour hâter sa libération, ce que j’ai moi-même idiqué à M. et Mme Hassan Hamouri lorsque je les ai rencontrés à Jérusalem, le 2 juin.

M. Salah Hamouri bénéficie par ailleurs de la protection consulaire. Le consul de France à Haïfa lui a rendu visite le 24 octobre à la prison de Shita, où il vient d’être transféré. S’il a été privé de visites familiales, Salah Hamouri lui a indiqué ne pas avoir été placé à l’isolement et avoir bénéficié, pendant sa récente grève de la faim d’un suivi médical quotidien. Bien qu’éprouvé, il affirme être en bonne santé. Il devrait quitter la prison de Shita très prochainement.

Comme vous en avez exprimé la demande, M. Alexis Le Cour Grandmaison, sous directeur d’Egypte-Levant, vous recevra vendredi 28 octobre.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Secrétaire général, l’expression de mes sentiments distingués.

 

Alain Juppé

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 16:36
Partager cet article
Repost0
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 15:59

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:48
Jean-Claude Lefort, coordinateur du comité de soutien à Salah Hamouri
Lettre à Alain Juppé - Salah Hamouri doit être libéré le 28 novembre
Monsieur le Ministre d’Etat,

Evoquant la situation du jeune franco-palestinien, Salah Hamouri, devant la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, suite à une question du député François Rochebloine, vous avez récemment ironisé sur celles et ceux qui considèrent que la justice militaire israélienne ce n’est pas la justice. Pour vous il ne faisait pas de doute que la justice militaire répondait aux critères d’un Etat de droit. Ce qui est assez inconcevable mais ce qui explique votre absence de fermeté et d’action réelle pour exiger la libération de notre compatriote bien que vous ayez concédé, dans un courrier, que son dossier était vide relativement à sa condamnation et son attitude honorable. Et voici maintenant que, les dirigeants israéliens viennent de décider que les peines de prison de la « justice » militaire seront non plus réalisées selon les années administratives (soit 245 jours, comme c’est le cas actuellement) mais en années civiles. Résultat : 20 jours de plus d’enfermement par année de prison pour les actuels détenus. Dans le cas de Salah Hamouri, le tribunal a écrit noir sur blanc que celui-ci serait libéré le 28 novembre 2011. Or avec cette « loi », dite « loi Shalit », qui est appliquée rétroactivement, Salah Hamouri risque de purger une peine de 140 jours supplémentaires (20 jours x 7 années de prison). Vous direz toujours que cela c’est la « justice » ? Vous considérez qu’une loi peut avoir un effet rétroactif ? Et que nous sommes dans le cadre d’un Etat de droit, s’agissant d’Israël ?

Monsieur le Ministre d’Etat,

A défaut d’avoir obtenu la libération sans conditions de Salah Hamouri, ce qui ne vous honore pas, au moins il convient que vous obteniez des autorités israéliennes la libération de Salah à la date prévue, c’est-à-dire le 28 novembre 2011. J’ai alerté sur ce point depuis plusieurs semaines le Consul général de France à Haïfa. Je n’ai pas reçu de réponse. L’attitude des autorités françaises, à commencer par le Président de la République, concernant le cas de Salah Hamouri est déjà particulièrement lourde et significative. J’attends du ministre en charge une action vigoureuse pour obtenir la libération de Salah Hamouri conformément au jugement rendu, c’est-à-dire le 28 novembre prochain. Dans l’attente, Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre d’Etat, en l’expression de mes salutations les plus distinguées.

Jean-Claude Lefort Député honoraire Coordinateur du comité de soutien à Salah Hamouri
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du MJCF du Pas-de-Calais
  • Contact

Rechercher