Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 22:56

Une dizaine de jeunes communistes viennent de 
se rendre en Israël 
et en Palestine. 
Deux d’entre eux ont pu s’entretenir avec Salah Hamouri, jeune Franco-Palestinien emprisonné depuis 2005 en Israël. 
Fabien Gay 
nous fait part 
de cette rencontre.

 

 

 263391_1870737689726_1279620418_1682021_2273684_n.jpg

La délégation du MJCF avec Denise et Hassan Hamouri, les parents de Salah.

 

Vous venez de rencontrer Salah Hamouri, dans quel état physique et mental
se trouvait-il ?

 

Fabien Gay. Il est assez amaigri par rapport aux photos, mais il va bien physiquement et est très serein. Nous étions tous émus, nous sommes pratiquement les seuls jeunes qu’il a vus depuis six ans. Nous avons beaucoup débattu, et même rigolé, parlé de foot, ce qui lui a fait du bien. Mais 
Salah ne parle jamais de lui. Nous avons réussi à lui poser des questions sur lui. Hormis sa volonté de reprendre des études en sciences politiques et de poursuivre la lutte, il se livre peu et n’évoque pas son avenir. Il souhaite venir en France remercier ceux qui se sont battus pour sa libération. ais il a surtout insisté sur l’ensemble des prisonniers politiques palestiniens en disant : «Nous avons des messages à vous faire passer.»

 

 Utilise-t-il les rencontres avec 
les délégations pour faire reconnaître la cause de tous les prisonniers ?

 

Fabien Gay. Oui, et Salah a préparé notre rencontre avec l’ensemble de ses camarades de cellule. Il a commencé par nous faire part de leur volonté de casser l’image qu’essaie de donner d’eux le gouvernement israélien en les faisant passer pour des terroristes. «On est des êtres humains, nous confie-t-il. Il y a de tout dans la prison : des progressistes, des communistes, des socialistes, des islamistes. En cellule on s’entend tous bien, on discute beaucoup.» Il a eu une pensée pour les 300 enfants de sept à dix-huit ans qui sont toujours dans les geôles israéliennes. Il a eu cette phrase forte : «Pourquoi un État comme Israël, qui possède 250 bombes nucléaires, a-t-il peur d’un enfant de sept ans ?» Il a rappelé leurs difficiles conditions de détention. De plus, ces mineurs sont jugés par un tribunal militaire. Il nous a également parlé des dix-huit prisonniers politiques atteints du cancer dans l’ensemble des prisons.

 

Quels types de contacts peut avoir Salah avec l’extérieur ?

 

Fabien Gay. Ils sont très restreints. Nous avons eu la chance d’obtenir l’autorisation de le rencontrer. Sauf sa famille et les personnes du consulat, Salah n’a droit qu’à trois ou quatre visites par an. Et c’est derrière une vitre qu’il voit sa famille depuis qu’il est incarcéré. Par ailleurs, il parvient à avoir des livres par le consulat, mais pas d’ouvrages politiques. Ces derniers sont interdits.

Ensuite, Salah et ses codétenus ont obtenu une télévision. Ils ont la BBC en arabe mais Al Djazira leur a été retirée car jugée trop pro palestinienne. Ils ont une chaîne sportive aussi. Donc ils ont regardé le dernier match des joueuses françaises à la Coupe du monde, et Roland-Garros.

Il a aussi pu recevoir des journaux. «L’Humanité est le premier journal que j’ai demandé, mais il a été refusé d’emblée», nous a-t-il dit. Le Figaro lui a été adressé pendant six mois, mais depuis un mois et demi, plus rien ! Il a redéposé une demande pour avoir le Monde, en vain.

Enfin, il y a les lettres. Certaines qui lui sont envoyées sont censurées, lorsqu’il y a des coupures de presse par exemple. La censure est très arbitraire. Il y a peu, Salah 
Hamouri a reçu pour la première fois le timbre à son effigie. Auparavant, il était déchiré systématiquement par les autorités. Cette fois-là, cela a fini par passer, sans qu’il sache pourquoi. Il a tenu à s’excuser de ne pas pouvoir répondre à tout le monde, car il n’a le droit qu’à deux lettres et quatre cartes postales par mois. Quant à Internet, il n’y a aucun accès, et il suit l’actualité au jour le jour grâce à la télévision et la radio.

 

 L’actualité sur la Palestine est nourrie actuellement. Qu’en dit-il ?

 

Fabien Gay. Ils ont suivi les événements autour de la flottille pour Gaza. «On a suivi minute par minute. On a partagé leurs peurs et leurs espoirs. On a aussi appris que le bateau avait été arraisonné par les autorités, c’est scandaleux», nous a-t-il raconté. Selon lui, l’Union européenne et la France se rendent coupables du blocus car, en ne faisant rien pour protéger ses ressortissants, elles le cautionnent.

En septembre, sera présentée à l’ONU la demande de reconnaissance de l’État palestinien. À ce sujet, il 
estime qu’il est très important d’avoir des accords entre le Fatah et le 
Hamas. «Jamais aucun peuple divisé ne s’est libéré. Malgré nos différences, il faut parler d’une même voix», a-t-il affirmé.

Pour lui, une première «dynamique d’union» a été enclenchée. À présent c’est à la communauté internationale de reconnaître un État palestinien en septembre, même s’il est convaincu que les États-Unis déposeront leur veto à l’ONU. Il a considéré que «ce n’est pas un point d’arrivée, mais un point de départ qui ne règle pas tout».

Concernant les révolutions arabes, il a dit l’importance de la mise en place d’États démocratiques et laïcs là où des régimes mettaient la tête de leur peuple sous l’eau et en plus manipulaient la cause palestinienne. «Nous ne souhaitons pas que ces 
régimes antidémocratiques nous 
soutiennent en apparence, alors qu’ils n’ont jamais rien fait», a-t-il dénoncé.

À propos de la Libye il a déclaré ne pas vouloir d’un «deuxième Irak».

 

 Pour vous, quel sens a une libération anticipée de Salah Hamouri ?

 

Fabien Gay. Sa libération doit advenir le 28nnovembre mais il est possible qu’ils le gardent jusqu’au 11nmars 2012 car le système de rétention administrative israélienne permet de retenir six mois supplémentaires un détenu. Nous avons informé Salah qu’après notre interpellation du ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, ce dernier a demandé aux autorités d’Israël la clémence mais n’a reçu qu’une fin de non-recevoir.

 

La lettre de Salah Hamouri aux jeunes communistes

 

« Je vous envoie mes salutations et aussi celles des prisonniers politiques. Votre soutien est la chose qui tient notre moral et nous donne le sentiment qu’on n’est pas seuls, et on continue notre lutte collective contre l’injustice et toutes les formes de discrimination, et je sais qu’on sera ensemble pour continuer cette lutte humaine malgré la souffrance. Je vous remercie Salah Hamouri Gilboa prison, le 2 juillet »

 

Entretien réalisé par 
Arielle Estrada

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 15:24

salah hamouri[1]Ce mercredi 20 juillet, deux jeunes communistes ont pu rencontrer Salah Hamouri pendant près de trois heures. Pour nous qui menons la campagne pour la libération des prisonniers politiques palestiniens et en particulier celle de Marwan Barghouti et de notre compatriote Salah Hamouri, cette rencontre était capitale.

Après avoir passé les nombreux sas de sécurité, les deux jeunes communistes prennent place dans une ancienne salle de classe pour la rencontre. Après plusieurs minutes d’attente, Salah arrive enfin. L’émotion est sur tous les visages.

Très vite pourtant, Salah évoque la situation de tous les prisonniers politiques palestiniens faisant primer le « nous » sur le « je » avec une modestie extrême. Aussitôt, s’oubliant, il évoque les 300 enfants âgés de 7 à 18 ans qui croupissent dans les geôles israéliennes. « Qu’est-ce qu’un État comme Israël et ses 250 bombes nucléaires peut craindre d’un enfant de sept ans ? Pourquoi refuser aux 18 prisonniers atteints du cancer le droit de mourir dignement chez eux ? » Le traitement des prisonniers politiques palestiniens par Israël brave toutes les conventions internationales, mais ce n’est toujours pas assez pour certains ! Le gouvernement veut durcir encore la détention des prisonniers politiques avec la « loi Shalit ». 

Face au sort réservé aux prisonniers politiques palestiniens et au peuple palestinien tout entier, Salah Hamouri a souligné avec force la nécessité de l’unité de tous les Palestiniens. « Divisé, aucun peuple, n’a jamais obtenu sa libération nationale ! »

Dans ce combat, la reconnaissance de l’ État palestinien à l’ONU au mois de septembre est aux yeux de Salah un point très important même s’il souligne dans le même temps qu’il s’agira – si cette reconnaissance a bien lieu – d’un point de départ et non d’arrivée (mur, colonies, checkpoints, refugiés...).

La rencontre s’est close avec les questions d’actualité. Salah a ainsi évoqué l’arraisonnement du bateau français pour Gaza. Il a pointé la responsabilité de l’ État français, de l’Union européenne et de la communauté internationale dans cet épisode tragique. En décourageant, en critiquant et en ne protégeant pas cette initiative de solidarité internationale, ils se rendent complices du blocus de Gaza.

Salah a enfin tenu à remercier avec chaleur tous les jeunes communistes pour leurs actions : « Sans vous tous qui luttez en France et dans le monde pour la cause palestinienne, notre combat ne pourra pas être victorieux. »

Ne relâchons pas nos efforts avant la libération de Salah prévue le 28 novembre prochain. Liberté pour Salah ! Liberté pour tous les prisonniers politiques palestiniens ! Liberté pour la Palestine !

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 20:25

25080 385082269345 611024345 3606977 664097 n[1]

 

Ce mercredi 20 juillet, deux jeunes communistes ont pu rencontrer Salah Hamouri pendant près de trois heures. Pour nous qui menons la campagne pour la libération des prisonniers politiques palestiniens et en particulier celle de Marwan Barghouti et de notre compatriote Salah Hamouri, cette rencontre était capitale.

Après avoir passé les nombreux sas de sécurité, les deux jeunes communistes prennent place dans une ancienne salle de classe pour la rencontre. Après plusieurs minutes d’attente, Salah arrive enfin. L’émotion est sur tous les visages.

Très vite pourtant, Salah évoque la situation de tous les prisonniers politiques palestiniens faisant primer le « nous » sur le « je » avec une modestie extrême. Aussitôt, s’oubliant, il évoque les 300 enfants âgés de 7 à 18 ans qui croupissent dans les geôles israéliennes. « Qu’est-ce qu’un État comme Israël et ses 250 bombes nucléaires peut craindre d’un enfant de sept ans ? Pourquoi refuser aux 18 prisonniers atteints du cancer le droit de mourir dignement chez eux ? » Le traitement des prisonniers politiques palestiniens par Israël brave toutes les conventions internationales, mais ce n’est toujours pas assez pour certains ! Le gouvernement veut durcir encore la détention des prisonniers politiques avec la « loi Shalit ». 

Face au sort réservé aux prisonniers politiques palestiniens et au peuple palestinien tout entier, Salah Hamouri a souligné avec force la nécessité de l’unité de tous les Palestiniens. « Divisé, aucun peuple, n’a jamais obtenu sa libération nationale ! »

Dans ce combat, la reconnaissance de l’ État palestinien à l’ONU au mois de septembre est aux yeux de Salah un point très important même s’il souligne dans le même temps qu’il s’agira – si cette reconnaissance a bien lieu – d’un point de départ et non d’arrivée (mur, colonies, checkpoints, refugiés...).

La rencontre s’est close avec les questions d’actualité. Salah a ainsi évoqué l’arraisonnement du bateau français pour Gaza. Il a pointé la responsabilité de l’ État français, de l’Union européenne et de la communauté internationale dans cet épisode tragique. En décourageant, en critiquant et en ne protégeant pas cette initiative de solidarité internationale, ils se rendent complices du blocus de Gaza.

Salah a enfin tenu à remercier avec chaleur tous les jeunes communistes pour leurs actions : « Sans vous tous qui luttez en France et dans le monde pour la cause palestinienne, notre combat ne pourra pas être victorieux. »

Ne relâchons pas nos efforts avant la libération de Salah prévue le 28 novembre prochain. Liberté pour Salah ! Liberté pour tous les prisonniers politiques palestiniens ! Liberté pour la Palestine !

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 22:05

Un Français nommé Salah 

 

L’argent n’a pas d’odeur, nous dit le vieil adage. Les paroles peuvent en avoir. De plus, elle est persistante. Passez sous les fenêtres de la Fédération Française de Football et vous vous en rendrez compte. Tout le monde, ou presque, a été cependant "blanchi" (Avez-vous remarqué que cet épithète n’a pas été utilisé par les commentateurs qui lui ont préféré "lavé de toute accusation" ? En raison de son ambiguïté ? Aurait-on perdu le sens de l’humour dans les gazettes de France ?). On aurait bien embastillé l’Arabe par qui le scandale est arrivé, Monsieur Belkacemi, mais on n’a pas pu. On s’en est excusé auprès des téléspectateurs en leur expliquant que son statut de cadre de l’Etat le préservait de toute sanction. Quel dommage ! C’aurait été si beau que ce scandale eût abouti à l’élimination du seul arabe de la DTN !

Aujourd’hui, on est au 500ème jour de captivité pour les journalistes de France 3, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, victimes d’une prise d’otages en Afghanistan. Un hommage émouvant leur est rendu. Ils le méritent et ils doivent retrouver au plus vite leur liberté.

Il y a d’autres otages de par le monde. Il y a même des populations entières réduites à ce rôle. Mais restons-en aux otages français, ceux du Niger et de Côte d’Ivoire. En plus, ils ont le bon goût de ne pas avoir de double nationalité. Ils sont incontestablement Français.

Salah Hamouri est né de mère française et de père Palestinien. Palestinien, ce n’est pas une nationalité. Israël veille à ce que ce n’en soit jamais une. Salah n’est donc que Français, par sa mère, Denise Guidoux, originaire de Bourg-en-Bresse et son grand-père, le Morbihanais Louis Guidoux. Il est aussi Français que Florence Cassez ou Clotilde Reiss. Or, il est en prison, en Israël précisément. A-t-il été condamné au terme d’un procès équitable ? Non. Il a été condamné par un tribunal militaire dans une zone occupée illégalement par une armée étrangère, pour des motifs qu’aucun tribunal sérieux ne saurait retenir.

Voilà un moyen de dissiper l’impression désastreuse laissée par le traitement de l’affaire des quotas, traitement qui va renforcer le sentiment de l’existence d’un double standard. Il suffirait que les autorités françaises exigent d’une voix forte la libération de l’otage Salah Hamouri.

Il faudrait aussi qu’elles le fassent au plus vite. Salah arrivera bientôt au terme de ses sept années d’emprisonnement. Il vaudrait mieux qu’il sorte de sa geôle du fait du poids de la voix de la France plutôt qu’au terme d’une procédure totalement injuste. 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 13:22

25080 385082269345 611024345 3606977 664097 n[1]Le 15 mars 2011, Alain Juppé, Ministre des Affaires étrangères répondait au courrier de Patrick Braouezec, Député de Seine-Saint-Denis. Le ministre reconnaît que Salah Hamouri « n’a commis aucun crime » mais qu’il ne peut bénéficier d’une remise de peine car il n’est « pas disposé à formuler des regrets »…Qu’est-ce qu’un innocent peut donc regretter ? Si ce n’est d’être méprisé et abandonné par les autorités de son pays qui prônent « le respect de l’indépendance de la justice d’Israël », rendue par un Tribunal militaire d’occupation…

Le courrier d’Alain Juppé :

Monsieur le Député,

Vous avez appelé l’attention de mon prédécesseur sur la situation de notre compatriote, Monsieur Salah HAMOURI, détenu en Israël depuis plus de cinq ans.

Vous demandez à ce que les autorités françaises mettent tout en œuvre afin d’obtenir la libération de Monsieur HAMOURI.

Je tiens à vous assurer que mes services, à Paris comme en Israël, sont pleinement mobilisés par ce dossier, et continueront à appeler l’attention des autorités israéliennes pour que Monsieur HAMOURI puisse obtenir une mesure de clémence ou de réduction de peine. De nombreuses démarches on déjà été entreprises en ce sens, y compris au plus haut niveau politique.

En effet, mes prédécesseurs sont intervenus auprès des autorités israéliennes, ainsi que le Président de la République lui-même, à l’occasion de sa visite d’Etat dans ce pays en juin 2008. Puis, dans un courrier adressé au Premier ministre israélien, le 8 juillet 2009, soit quelques jours avant la réunion de la commission chargée d’examiner la possibilité d’une libération anticipée, le Président de la République a invité les autorités israéliennes compétentes à un acte de clémence. Il a notamment fait valoir que Monsieur HAMOURI, qui n’a commis aucun crime et s’est investi dans les études en prison, ne représentait aucun danger pour Israël. Cette demande a toutefois été expressément rejetée par le Premier ministre israélien par courrier daté du 6 août 2009. Sur le plan procédural, ayant purgé plus des deux tiers de sa peine (près de six années sur sept auxquelles il a été condamné), Monsieur HAMOURI remplit les conditions matérielles pour bénéficier d’une procédure de réduction de peine.

Toutefois, il convient de rappeler que, à ce jour, l’intéressé n’a formé aucune demande de remise de peine, n’étant pas disposé à formuler des regrets, condition nécessaire au regard du droit israélien. Le ministère des Affaires étrangères et européennes ne manquerait pas de soutenir l’intéressé dans cette démarche s’il en exprimait effectivement la volonté.

Par ailleurs, depuis son incarcération en 2005, la situation de Monsieur HAMOURI a fait l’objet d’un suivi constant de la part des autorités consulaires. Des représentants français ont assisté à toutes les audiences de la procédure judiciaire. Et, dans le cadre de la protection consulaire, Monsieur HAMOURI fait l’objet, depuis mars 2005, de visites régulières de la part des agents consulaires, la dernière ayant été effectuée le 1er décembre 2010 par notre consul à Haïfa.

Enfin, des contacts réguliers sont entretenus avec son avocat et sa famille. Ainsi, Madame Denise HAMOURI, mère de l’intéressé, s’est successivement entretenue à Jérusalem le 17 février 2008 avec mon prédécesseur, le 16 juin 2008 avec la secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et aux Droits de l’Homme, et le 10 juillet 2009 avec Madame CERISIER-BEN-GUIGA, Sénatrice des Français établis hors de France.

Madame HAMOURI a aussi été reçue à la présidence de la République, le 25 juin 2009 par le conseiller technique chargé de l’Afrique du Nord, du Proche et du Moyen-Orient, puis le 28 juin 2010 par le conseiller diplomatique.

Soyez assuré que mes services demeurent totalement investis et vigilants quant à la situation de notre compatriote et continueront à lui apporter toute l’assistance nécessaire dans le cadre de leurs attributions en matière de protection consulaire, et dans le respect de l’indépendance de la justice d’Israël.

Je vous prie de croire, Monsieur le Député, à l’assurance de ma considération distinguée.


Alain JUPPE

Partager cet article
Repost0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 23:48

 

 

http://ups.imagup.com/04/1240816948_salah-hamouri-001-17-07-2008-10-21-39.1223415472.jpgUn jeune franco-palestinien de 26 ans, Salah HAMOURI, est le symbole incontestable du prisonnier politique inculpé sans raison en Israël. Accusé le 13 mars 2005, alors qu’il était étudiant en deuxième année de sociologie à Bethléem, d’appartenir à un mouvement illégal prônant la libération de la Palestine, ainsi que d’avoir été complice d’un complot contre l’ancien Grand Rabbin d’Israël, Ovadia Yossef, il est emprisonné depuis 6 ans. Pendant deux années, un tribunal militaire s’est réuni dans le but de confirmer les chefs d’accusation, et permettre l’emprisonnement du jeune Salah, en vain : aucun membre du tribunal n’a pu apporter d’éléments cohérents au casier judiciaire du franco-palestinien.

Malgré cette absence de justifications, Salah Hamouri est bel et bien emprisonné depuis 6 ans. Cela peut suffire à susciter l’indignation.

 

Nous sommes consternés que la France reste de marbre face à cette injustice. Pourquoi le gouvernement sarkozyste intervient-il dans des cas comme Ingrid Betancourt ou encore Florence Cassez ? Trop d'intérets économiques et un soutien incondiel à l'impérialisme israelien (pour ne pas dire sionnisme !). Nicolas Sarkozy n'a pas eu une seule fois la descence de recevoir à l'Elysée la famille de Salah Hamouri...

 

Un seul mot d'ordre : LIBERTE POUR SALAH HAMOURI

Partager cet article
Repost0
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 14:26

 

Salah Hamouri a aujourd'hui 25 ans, mais est enfermé dans les prisons Israéliennes depuis plus de 5 ans pour délit d'opinion !

Nous jeunes communistes du Pas-De-Calais réaffirmons en ce jour, notre soutient à Salah et demandons sa libération sans conditions.

 

 

il y a ceux qui disent du bout des lèvres le mot Fraternité de notre devise...

il y a ceux qui la ressentent au plus profond de leurs être...

il y a ceux qui ont le Pouvoir...

il y a ceux qui n'ont que celui de crier au milieu de la foule !!!
LIBERTE et JUSTICE pour SALAH et le PEUPLE PALESTINIEN!!!!!!!!!


 25080_385082269345_611024345_3606977_664097_n-1-.jpg

PS: ci-joint la lettre de Salah pour les 90 ans du MJCF !

Lettre de Salah Hamouri au congrès des jeunes communistes

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 16:11
 

La jeunesse communiste du Pas-De-Calais appartient au comité régional de soutient à Salah Hamouri. Sa libération est une bataille de la JC nationale.

 

 

Salah Hamouri est un Franco-Palestinien innocent et emprisonné en Israël depuis plus de 4 ans.

Né d'une mère Française et d'un père Israéliens, son passeport est français.

Il est accusé d'avoir projeté d'assassiner un Rabbin d'extrême droite Israélien . Il est Jugé par un tribunal en Cisjordanie occupée (ce tribunal n'a donc pas de légitimité ) sans aucune preuves de sa culpabilité .

 

Aujourd'hui des discutions ont lieu entre l'État Israélien et les forces Palestinienne, Salah Hamouri devait être dans les prisonniers libéré d'après le ministre des affaires étrangère Kouchner, mais libérer Barghouti Marouane ( représentant fort de la résistance palestinienne ) pause un problème aux Israéliens donc les prisonniers ne sont pour le moment pas libérés.

 

Les autorités françaises ne demandent qu'une mesure de clémence pour Salah et non pas sa libération. Elles n'ont jamais reçus Denise Hamouri, mère de Salah contrairement à beaucoup d'autres familles de captifs notamment celle d'Ingrid Bétancourt lorsqu'elle était détenue par les FARC en Colombie.

Les autorités françaises soutiennent cette force coloniale qu'est Israël et délaissent entièrement ses compatriotes pour protéger leurs intérêts économiques.

 

Nous demandons, la libération immédiate de Salah Hamouri, pas de retours en France demandé, mais un retour chez lui à Jérusalem.

 

C'est pour cela que le lundi 18 janvier 2010, divers organisations de gauche, syndicats et associations (PCF, PG, NPA, MJCF, FSU, Ligue des droits de l'homme, Association France-Palestine (AFPS), CGT, MRAP62) ce sont rassemblées à Arras à la maison des sociétés.

C'était l'occasion pour une vingtaine de militants de mettre en avant leurs revendications au cours d'une conférence de presse.

Le MJCF 62 a décidé de prendre toute sa place dans ce combat et entre dans le comité de soutien pour la libération de Salah Hamouri conduit par Jérome Skalski, journaliste à Liberté 62, et la section du PCF d'Arras.

 

N'oublions pas également les massacres de palestinien à Gaza par l'armée israélienne...

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du MJCF du Pas-de-Calais
  • Contact

Rechercher