Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 13:59

Présentée par Madame et Messieurs André CHASSAIGNE, Alain BOCQUET, François ASENSI, Marie-George BUFFET, Jean-Jacques CANDELIER, Patrice CARVALHO, Gaby CHARROUX, Marc DOLEZ, Jacqueline FRAYSSE et Nicolas SANSU

Les Députés communistes ont déposé une Proposition de résolution portant sur la reconnaissance par la France de l’État palestinien
EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Il y a près d’un an, le 23 septembre 2011, le Président de l’Autorité palestinienne, malgré toutes les pressions tendant à l’en dissuader, présentait solennellement la demande d’adhésion de l’État palestinien aux Nations Unies.

Soixante-cinq ans après le Plan de partage de la Palestine à l’ONU et dix-neuf ans après la signature des accords d’Oslo, il s’agit d’une demande légitime. La reconnaissance de la Palestine comme État souverain membre des Nations Unies est à la fois une question de justice et le seul moyen d’engager des négociations sérieuses afin de parvenir à mettre un terme au conflit israélo-palestinien.

Cette demande est intervenue alors que les négociations ont abouti à une impasse et que le gouvernement israélien, en violation du droit international et en toute impunité, poursuit inlassablement le processus de colonisation des territoires occupés, la construction du mur de séparation avec la Cisjordanie, le blocus de Gaza et les violations répétées des droits humains fondamentaux.

Sur le terrain, la situation empire un peu plus chaque jour et la solution des deux États est rendue proprement impossible par la politique des gouvernements israéliens successifs.
Aussi cette demande aux Nations Unies représentait-elle une opportunité décisive. Certes, l’ONU, n’étant ni un État ni un gouvernement, n’est pas habilitée à reconnaître un État ou un gouvernement. L’adhésion de la Palestine à l’ONU n’entrainerait donc pas la création d’un État Palestinien en droit international. Pourtant, l’admission à l’ONU impliquerait indirectement que les États votant en faveur de son admission lui reconnaissent la qualité d’État. L’admission de la Palestine à l’ONU lui permettrait ainsi d’affermir son statut d’État sur la scène internationale. Elle donnerait une chance à la relance des négociations de paix, dans le cadre de l’ONU et sur la base de ses résolutions, lesquelles prescrivent l’établissement d’un État palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale, le démantèlement des colonies, la destruction du mur et une solution pour les réfugiés de 1948 fondée sur le droit au retour ou à compensation.

Tandis que 133 pays ont désormais reconnu la Palestine comme un État souverain et que l’UNESCO a admis la Palestine comme membre à part entière de l’Organisation, le Comité permanent de l’ONU chargé de l’admission de nouveaux membres n’a pas trouvé d’accord sur la candidature palestinienne. Le rapport du comité, du 11 novembre 2011, établit que si la Palestine satisfait aux critères d’adhésion à l’ONU et à l’engagement du respect de la Charte des Nations unies, les désaccords au sein du Conseil sur cette candidature sont insurmontables.

Alors que huit des quinze membres du Conseil de sécurité ont déjà soutenu la demande des Palestiniens, la voix de la France apparait plus que jamais décisive. Aussi, en reconnaissant pleinement la souveraineté et les frontières de la Palestine, comme le Chef de l’État l’avait promis lors de la campagne présidentielle, la France serait au rendez-vous de l’Histoire et apporterait véritablement la preuve de son engagement en faveur de la paix au Proche-Orient.

À l’heure de l’émancipation des peuples arabes, alors que l’on célèbre le courage des Tunisiens, des Égyptiens, des Libyens ou des Syriens, résistant aux dictatures, on ne peut ignorer plus longtemps les demandes légitimes des Palestiniens qui souhaitent cesser de subir la politique d’oppression et de colonisation du gouvernement israélien et la reconnaissance d’un État palestinien viable et souverain.

La France doit prendre ses responsabilités et faire preuve de cohérence si elle veut restaurer sa crédibilité sur la scène internationale. Il n’est pas justifiable de soutenir la volonté de liberté des peuples arabes partout, excepté en Palestine.

La France doit s’engager sur cette voie, celle des valeurs d’humanisme, d’universalité et de liberté et jouer un rôle d’entraînement pour l’Union européenne.

À la veille de l’intervention du Président de l’Autorité palestinienne devant l’Assemblée générale des Nations Unies, le 27 septembre, qui demandera, faute d’avoir obtenu le soutien de suffisamment d’États membres du Conseil de sécurité et en raison de la menace de veto des États-Unis, l’adhésion de la Palestine à l’ONU, en tant qu’État non membre. La France ferait preuve de son engagement en faveur de la paix au Proche-Orient, en reconnaissant pleinement la souveraineté et les frontières de la Palestine.

PROPOSITION DE RÉSOLUTION
Article unique

L’Assemblée nationale,
Vu l’article 34-1 de la Constitution
Vu l’article 136 du règlement

Constatant l’impasse dans laquelle se trouve le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens et l’absence d’évolutions significatives sur le terrain,

Constatant l’accélération de la colonisation israélienne, des expropriations de Palestiniens en Cisjordanie occupée et la main mise d’Israël sur Jérusalem-Est, en violation du droit international et des résolutions des Nations-Unies.

Estimant, par conséquent, que l’actuelle politique israélienne éloigne la perspective de création d’un État palestinien.

Affirme solennellement son attachement au principe de la création d’un État palestinien viable, vivant en paix et en sécurité aux côtés de l’État d’Israël.

Invite le gouvernement français, suite à la demande du Président de l’Autorité palestinienne lors de l’Assemblée générale de l’ONU du 27 septembre 2012, à soutenir l’adhésion de la Palestine à l’ONU comme État non membre doté du statut d’observateur permanent.

Invite le gouvernement français à reconnaître l’État palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale.
Partager cet article
Repost0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 09:59

Dans le clip de Zebda Une vie de moins, c'est l'universitaire Jean-Pierre Filiu, spécialiste du monde islamique, qui signe les paroles. L'auteur de Histoire de Gaza (Fayard, 2012), veut ainsi rendre hommage aux habitants de la bande de Gaza, soumis au blocus israélien depuis 2007 : "C’est une chanson qui raconte l’histoire touchante d’un être humain qui a grandi à Gaza. Chacun y mettra ce qu’il veut. Le seul message, c’est qu’on n’oublie pas Gaza. Pour le reste, il n’y a pas de mode d’emploi."

 

 


 


Partager cet article
Repost0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 19:25

logo_paix_comme_palestine.jpg

 

l'armée Israélienne provoque un nouveau massacre dans le territoire palestinien. Ce sont des populations civiles dont des enfants qui sont notamment victimes de l'intervention des forces terrestres et aériennes de l'occupant.
Les dirigeants israéliens, ainsi que le premier ministre Netanyahu, préparent une nouvelle invasion sanglante de Gaza. Il faut les arrêter.

 

Rassemblement à Lens

ce Lundi 26 novembre à 18h

face à la sous préfecture


-halte à un nouveau massacre
-levée du blocus de Gaza
-des sanctions contre Israël
-reconnaissance par l'onu de l’État Palestinien

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 19:21

Venez participer à la toute première "Journée de la Fraternité" dont l'objectif est de réunir les citoyens, de nombreux partenaires et des acteurs locaux pour faire progresser les idées de découverte des cultures du monde, l'amitié entre les peuples, la coopération internationale, le non-racisme...
picassocolombe-copie-1.jpg

 

 

ENTREE LIBRE ET GRATUITE !

Venez participer à la toute première "Journée de la Fraternité" dont l'objectif est de réunir les citoyens, de nombreux partenaires et des acteurs locaux pour faire progresser les idées de découverte des cultures du monde, l'amitié entre les peuples, la coopération internationale, le non-racisme...

Action organisé par Le Cercle du Progrès de Carvin, le PCF, Le Front de Gauche et la Jeunesse Communiste de Carvin.
En partenariat avec :
L’association Chfaid (Libercourt), l’association ASEP (Avion), la JC du Pas-de-Calais, les jeunes du Parti de Gauche, le PG Hénin-Carvin, Colères du Présent (Arras), l’association Comedia (Carvin), l’association ACAIL (Carvin), le sculpteur Chouki Derrouiche, l’association Enjeu (Harnes), Fraternité Roms Bassin-Minier 62, le collectif « soutien aux Roms d’Hellemmes », Rencontres Francophones, Évin-Dargo, le collectif G. I. Abadallah du 62, les comédiens Daniel Delvallez, Christelle et Julie Demullier et Mustapha Lagragui, les Spéculos, l’auteur de « Les casseroles d’Athéna » (révolution citoyenne islandaise) Jérôme Skalski, le sociologue Jessy Cormont (le Phare pour l’égalité), la chorale d’enfants de Chfaid, les musiciens Filo et Rachel...


Au programme (sous réserve de modification) :

- apéro du monde à partir de 12h00 ouvert à tous avec la participation des associations partenaires et de Filo et Rachel qui interpréteront en acoustique des musiques swing, jazz, bossa nova...

- stand des associations partenaires pour découvrir leurs activités, leurs projets solidaires, les cultures du pays qu'elles représentent.

- stand d'expression populaire toute la journée

- salon de thé et de restauration rapide

Spectacles et débats :

14h30 : contes africains extraits de "Le bois et la peau, contes du Djembé" par Daniel Delvallez

15h00 : Chorale d'enfants de l'association Chfaid

15h30 : contes patoisants extraits de "Contes eud'sots, spectacle patoisant" par Daniel Delvallez

16h00 : concert de rap avec l'asso Chfaid

16h30 : conte rom "Lavutaris, le petit violoniste", par Daniel Delvallez

18h00 : Forum Débat avec Jessy Cormont (sociologue) sur le thème "Solidarité de Classe d'hier et d'aujourd'hui, regrads croisés sur les freins et les conditions de la Solidarité"

20h30 : Mustapha fait du théâtre,
spectacle humoristique de Mustapha Lagragui
avec en première partie le conte africain "sac à soucis" interprété par Christelle et Julie Demullier
Partager cet article
Repost0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 21:51

315656_309954365697724_1049011128_n.jpg

"Israël a le droit de se défendre", c'est par ces mots qu'Obama a condamné, plutôt devrais je dire encouragé, les frappes aériennes sur la bande de Gaza. Se défendre de qui ? Se défendre de quoi ?
Comme a l'aube de chaque élections, Israël rompt le cessez le feu sur de soit disant excuse de danger venant du Hamas et des palestiniens. De nouveau par intérêt électoral, Israël n’hésite pas a faire d’innocentes victimes palestiniennes désireuses de vivre en paix. Plus de 40 mort déjà, 40 palestiniens, dont des enfants, morts à cause de la sauvagerie d'un État sioniste, quand lui pleure et essaye de faire un scandale internationale de ses 3 seuls morts.

Comment l’État américain peut dire qu’Israël a le droit de se défendre alors que c'est lui qui a lancé les offensives. Comment peut on parler de défense alors qu’Israël colonise la Palestine depuis bien trop longtemps, qu'il construit des murs haut de plusieurs mètres. N'ont-il pas compris la leçon que l'histoire a donné ? Comment peut on encore construire de nos jours des murs de la honte ?

Heureusement des pays comme l’Égypte ou la Turquie ont élevé la voie. Ils ont eu le courage de dénoncer ces attaques monstrueuses et de crier la vérité au grand jour. La France quand a elle, elle a été trop faible pour dénoncer ces attaques, elle a juste demander a ce qu'il n'y ai pas d'escalade de la violence. Une position d'un monde de bisounours où personne n'est méchant, tout le monde est gentil.

La France a fait un grand pas en reconnaissant le CNS, l'opposition syrienne, comme seul représentant de la Syrie. Il est temps maintenant d'ouvrir les yeux sur la Palestine. Il est temps de condamner fermement les agissements d’Israël, et de convaincre l'ensemble de l'Europe. Il est temps de reconnaitre l’État Palestinien ! Ça suffit que des innocents meurent.
Quand tout Gaza sera mort, il sera trop tard pour agir !

Vive la paix, Vive la Palestine
Antoine Lasak.

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 23:21

Nous sommes les enfants d’Oslo. Nous avons innocemment cru que ces accords, que cette poignée de main entre Yasser Arafat et Yitzhak Rabin, pouvaient être prémices de paix et de justice pour le peuple palestinien, de paix et de sécurité pour le peuple israélien. Nous avons grandi et constaté que rien n’avait changé, tout au contraire, que le processus de négociation était au point mort.

 

En toute impunité et en toute illégalité au regard du droit international, l’occupation militaire perdure et le nombre de colonies s’accroît en Cisjordanie. Elles privent les Palestiniens de leurs terres, celles qu’ils ont héritées de leurs ancêtres. Le mur, reconnu illégal le 9 juillet 2004 par la Cour internationale de justice, participe au cloisonnement et à la séparation des populations. A l’heure où l’on écrit ces lignes, plus de 4 600 Palestiniens hommes, femmes et enfants, croupissent dans les prisons de l’armée israélienne après être passés devant un tribunal militaire, tout aussi illégal au regard du droit international. La bande de Gaza, véritable prison à ciel ouvert, où 54% de la population souffre d’insécurité alimentaire, subit les maux d’un blocus inadmissible et condamné.

 

Nous n’acceptons plus l’idée selon laquelle la paix pourrait venir de négociations entre le pot de terre et le pot de fer, le tout sous l’arbitrage partial des Etats-Unis. L’heure tourne, sans qu’aucune réelle tentative de reprise du processus, sur la base du droit international, n’ait été engagée. Le gouvernement israélien joue la montre, rendant chaque jour la solution à deux Etats plus incertaine. Les accords d’Oslo devaient permettre à l’Etat d’Israël de «vivre en paix et dans la sécurité». La «paix» et la «sécurité» ne seront assurées que par la reconnaissance des droits palestiniens, et non par leur violation. La Palestine demande son Etat, qui lui revient de droit.

 

Il est temps de ne plus être passif face à cette situation et de prendre enfin nos responsabilités. L’Organisation de libération de la Palestine, en la personne de Mahmoud Abbas, a plaidé le 27 septembre au siège des Nations unies pour obtenir le statut d’Etat non-membre. La France, pays de la Déclaration des droits de l’homme, doit mettre ses valeurs en application et reconnaître le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Il est temps de faire preuve de courage politique, que notre pays se souvienne de ce qu’il a produit de plus beau et reprenne sa place sur la scène internationale, en particulier dans cette région du monde. Cette paix n’est envisageable qu’avec un Etat de Palestine souverain. C’est pourquoi, nous, organisations de jeunesse, appelons la France, à reconnaître l’Etat de Palestine dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale, et à voter pour son admission à l’ONU.

affiche-drapeau-palestine-bis[1]

(1) Association France Palestine Solidarité Groupe jeunesse ; Etudiants musulmans de France ; Jeunes écologistes ; Mouvement jeunes communistes de France ; Mouvement jeunes socialistes ; Réseaux jeunes du Parti de Gauche ; Secteur jeune de Gauche unitaire ; Union des étudiants communistes.

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 10:20

« Pendant 5 ans nous avons été discriminés sous M. Sarkozy, le ‘changement’ pour nous, c’est que le CSP59, c'est-à-dire les sans papiers auto-organisés puissent défendre de façon argumentée tous les mois leurs dossiers en préfecture » avaient déclaré les sans papiers lors de l’audience en préfecture.

La réponse avait été : «  M. le préfet choisi ses interlocuteurs, le CSP59 n’est pas reconnu, vous n’aurez pas le droit à la défense de vos dossiers, la Codrese nous donne satisfaction ».

Les sans papiers ont occupé ce vendredi la maison de la médiation de la Mairie de Lille pour demander que s’arrête l’apartheid, l’abus de pouvoir et l’arbitraire préfectoral.

M. le Ministre de l’intérieur doit faire respecter à Lille ce que tous les CSP de France et de Navarre ont le droit de faire dans toutes les préfectures de la REPUBLIQUE, sauf à Lille.

 

http://4.bp.blogspot.com/-W7elheoZEZ4/T3anDWMjL_I/AAAAAAAABxc/ya_BAeXmBQo/s1600/phpThumb_generated_thumbnail.jpeg

 

Vers 14h, les Sans Papiers excédés ont voté la grève de la faim, ainsi 40 à 50 sans papiers sont actuellements en grève de la faim pour la défense de leurs droits! La revendication première est la légitime revendication de pouvoir défendre tous les mois les dossiers en préfecture du nord comme cela a été fait de 1997 à 2007 sous 5 préfets et 8 Ministres. Vers 23h30, la police a évacué les sans papiers présents dans la mairie.

 

Les Jeunes Communistes apportent leur soutien à la lutte des sans papiers et rappellent qu'ils comptent parmis les premières victimes de l'exploitation capitaliste ! On estime à 500 000 le nombre de travailleurs sans papiers présents sur le territoire français. Ces travailleurs qui produisent des richesses, qui payent des impôts , qui participent à la vie économique et sociale et qui en retour ne bénéficient d'aucun droits ! Notre gouvernement "socialiste" parle de faire baisser les cotisations sociales sur le patronat mais devrait avant tout penser à rémunérer justement le travail et notamment celui des sans papiers ! Car indispensables dans des secteurs manquants de main d'oeuvre comme l'hôtellerie, la restauration ou encore le BTP, les travailleurs sans papiers sont menacés à tout moments d'expulsions et n'ont plus aucun droits quand il s'agit d'affronter le chômage, de se soigner ou d'accéder à des logements. L'accès aux papiers est une mesure de justice sociale, afin que les sans papiers puissent accéder à des droits comme tous les travailleurs.

 

source : http://mjcf.pevele-melantois.over-blog.fr/


Partager cet article
Repost0
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 17:31

CIMG1860Monsieur le 1er ministre,

 

Le Mouvement Jeunes Communistes de France est engagé depuis longtemps dans une campagne intense pour la paix et la justice en Palestine et le respect du droit international par l’État israélien.

 

Après plus de 60 années de conflit et 20 ans de négociations ininterrompues, les Palestiniens ne peuvent plus être les laissés pour compte du droit international.

Leur État doit être reconnu par l'ONU.

Un État libre, indépendant et souverain dans les frontières de 1967, comprenant la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est comme capitale à côté de leurs voisins israéliens.

 

Nous savons que vous partagez cette vision et ce combat puisque le candidat Hollande, dont vous étiez un des principaux soutiens, s’est engagé dans son programme présidentiel avec sa  59ème proposition  à soutenir «  la reconnaissance internationale de l’État Palestinien ».

C’est donc avec une grande attention, que j’ai écouté le mercredi 24 octobre votre interview sur France Inter.

Interrogé sur les élections américaines et sur votre favori pour la course à la Maison Blanche, vous avez prononcé ces quelques mots à la fin : « On attend des Etats-Unis, peut-être sur un certain nombre de sujets, de l’audace. Je vais vous en citer un (exemple) ;  si Obama est réélu,  c’est la question très importante du conflit israélo-palestinien. Il faut résoudre cette question  car cela devient insupportable pour ceux qui sont là-bas. Il y a trop d'insécurité pour Israël, on l’a vu avec l’Iran, mais il y a aussi, je dirai trop de souffrance pour le peuple  palestinien. Donc il faut avancer avec résolution, c’est une question de haute responsabilité pour les dirigeants de ce monde ».

 

Nous avons en effet des attentes en commun sur le rôle que devrait jouer l'administration états-unienne dans la résolution du conflit.

Un rôle radicalement différent que celui qu'ils ont joué ces 20 dernières années et qui a consisté à accompagner l’intensification de la colonisation, la construction du mur illégal selon l’ONU, le jugements des prisonniers politiques palestiniens condamnés à de lourdes peines par des tribunaux militaires illégaux, l'aggravation de la situation des réfugiés, le pillage des ressources naturelles, de l’eau et des principales terres arables...

 

Comme je sais que vous êtes un fin littéraire, permettez-moi de citer un écrivain canadien, Ronald Wright : «  Lorsque tu as plusieurs choix devant toi et que tu n’arrives pas à te décider, prends toujours le chemin qui demande le plus d’audace ». 

 

Plusieurs chemins sont devant nous.

Celui de l’inaction et de la passivité complice, emprunté par vos prédécesseurs et qui a conduit à la situation que l’on connaît aujourd’hui.

L'autre chemin, c'est comme vous le dites, celui de l'audace. Celui qui consiste à réaffirmer  la force de la politique plutôt que la politique de la force dans la résolution du conflit.

Mais pourquoi attendre des autres ce que la France pourrait entreprendre elle-même ? Pourquoi s'en remettre au bon vouloir des États-Unis plutôt que de les pousser à agir de concert avec la France au sein de l'ONU pour que les résolutions internationales soient enfin appliquées ?

 

Oui, l'audace fait défaut pour mettre fin à 60 ans de violation du droit international dans l'impunité la plus totale.

Le chemin que doit prendre la France, c'est celui que des millions de citoyennes et de citoyens ont envie de voir prendre par un gouvernement de gauche.

En faisant le choix de sortir Nicolas Sarkozy le 6 mai dernier, nous avons aussi choisi de rompre avec sa politique internationale d'intégration dans l’OTAN, de discours aberrants comme celui de Dakar aux relents coloniaux, sa politique de soutien aux dictatures de Mubarak et Ben Ali , de retour aux heures sombres de la Françafrique, sa politique de guerre « civilisatrice » dans la lignée de George W. Bush et de sa nostalgie du temps des croisades et des colonies.

 

Alors pour faire preuve d’audace, plus que des mots, il faut agir. Le peuple palestinien ne peut se contenter d’effets d’annonce ou que Monsieur Fabius, notre ministre des affaires étrangères, pose avec un keffieh dans un magazine international.

La France doit prendre des actes forts qui auraient une résonance internationale, qui feraient avancer les choses positivement et seraient conformes aux engagements électoraux.

La France doit reconnaître unilatéralement la Palestine comme État souverain dans les frontières de 1967, comme l’ont fait avant elle plus de 130 pays.

La France doit annoncer clairement qu’elle compte voter pour l’admission à l’ONU de la Palestine en tant que membre de plein droit. C'est ce qu'a fait le gouvernement précédent de droite pour l’admission de la Palestine à l’Unesco.

Mr le Premier Ministre, vous en conviendrez, il n'est pas envisageable qu'un gouvernement de gauche fasse moins que la droite sur ce sujet !

 

Si votre gouvernement prend ces deux initiatives, il entraînera sans aucun doute dans son sillage de nombreux États, notamment européens sur la voie de la justice et du respect du droit international.

La reconnaissance de l’État palestinien, n’est pas le problème, c'est la première étape incontournable de la solution pour que les peuples palestinien et israélien puissent vivre en paix et en sécurité, l’un à côté de l’autre.

L'audace, c'est donc de vous y engager de toutes vos forces.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, je vous prie, Monsieur le premier ministre, de recevoir l’expression de ma considération républicaine. 

 

Pierric Annoot, secrétaire général du MJCF

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 17:57

269977_508751312468702_659197794_n.jpg

 

Ci-dessous, la lettre de remerciement du Liban écrite par le frère de Georges Ibrahim Abdallah pour remercier le collectif du Bassin Minier (dans lequel agit activement la jeunesse communiste du Pas-de-Calais) dans les actions menées pour sa libération.

 

 

Mercredi, le 17 octobre 2012

 

À Monsieur Christian CHAMPIRÉ, Maire de Grenay ,

et au Comité de Soutien du Bassin Minier

pour la LIBÉRATION de Georges Ibrahim Abdallah

 

Campagne Internationale pour la Libération de Georges I. Abdallah (au Liban)

 

Objet : Remerciements pour votre soutien à Georges I. ABDALLAH

 

Cher(e)s camarades Suite aux contacts faits ces derniers jours entre les constituants de la Campagne Internationale pour la Libération de Georges I. Abdallah (au Liban) nous tenons à remercier chaleureusement M. le maire Christian CHAMPIRÉ et le Comité de Soutien du Bassin Minier pour la LIBÉRATION de Georges Ibrahim Abdallah, d’avoir organisé la réunion ce 17 octobre des 110 maires de votre région pour relayer l'initiative du comité de soutien du Bassin Minier. Nous saluons cet acte de solidarité politique de votre part.

Nous sommes persuadés que cette initiative qui s’inscrit dans la ligne progressiste du Bassin minier, espace historique de résistance à l'impérialisme, pourrait servir d’exemple modèle de soutien pour la libération de notre camarade G.I.A, et pour la gloire des causes justes.

 

Amicales salutations

Beyrouth, le 17 octobre 2012

Joseph Abdallah

 

Ont contribué à ce courrier de remerciements :

- Campagne Internationale pour la Libération de Georges I. Abdallah (au Liban) ;

- Union des Jeunes Démocratiques Libanais (UJDL) ;

- Association des Parents et Amis de Georges I. Abdallah (APA-GIA) ;

- Le cheikh Ibrahim Al-SALEH , président du « Forum de Tripoli (Liban) » ;

- Bassam KANTAR, journaliste, militant ;

- Hadi Bakdash, militant ;

- ...

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 14:58
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du MJCF du Pas-de-Calais
  • Contact

Rechercher